Home / Actualité / A la découverte de Clarisse Yèhouénou  (Teinturière)   : « Femmes, réveillez-vous et ensemble bâtissons notre pays»

A la découverte de Clarisse Yèhouénou  (Teinturière)   : « Femmes, réveillez-vous et ensemble bâtissons notre pays»

Au Bénin, il y a de ces femmes qui ne restent pas les bras croisés et ne veulent pas dépendre de quelqu’un (mari, frères, etc.). Des femmes ainsi couramment appelées «Femmes indépendantes, courageuses,..», ou encore «Femmes battantes». Parmi ces dernières, Mme Yèhouénou Clarisse, une teinturière, femme au foyer et mère de cinq enfants. Elle exerce son métier dont elle est fière à Hêvié, où elle réside. Pour cette dame, seul le travail paye et il est tout!

En quoi consiste le métier de teinture ?

Un Teinturier est une personne qui se charge de faire disparaître les tâches des étoffes, des vêtements en assurant la coloration. C’est un spécialiste du nettoyage sur tous les articles textiles ; le teinturier sait trouver la solution pour venir à bout de toutes les tâches. Le blanchisseur travaille quant à lui dans l’industrie, et traite le linge en très grande quantité.

 

Vous faites la teinture depuis combien de temps ?

Je le fais il y a près d’une quinzaine d’années. Je l’apprends aussi à des gens, qui, grâce à Dieu, beaucoup en feront de leur métier.

 

Pourquoi faites-vous ce travail ?

J’aime la teinture. Je fais ce travail pour gagner honnêtement ma vie, pour être indépendante et aider mon mari pour subvenir aux besoins de la famille. De nos jours, les hommes ne peuvent pas satisfaire tous les besoins de la femme ni de la famille. C’est le but principal de ma motivation dans l’exercice de ce métier.

 

Quelle est l’opinion de votre mari et de votre entourage par rapport à votre travail ?

Mon mari ne s’oppose pas à mon métier de teinturière ; car, je le fais pour ne pas dépendre entièrement de lui. Par contre, mes voisins, ceux qui sont dans les alentours, se plaignent de l’odeur des produits chimiques entrant dans les ingrédients de notre matière première de la teinture et même des simples passants parfois se plaignent.

 

Est-ce que vous arrivez à vous en sortir financièrement?

Je me débrouille un peu bien grâce au bon Dieu. Ce que je gagne me suffit pour mes dépenses, ceux de mes enfants et ceux des autres tels que mon mari et mes proches.Les ateliers de teinture se multiplient Selon elle, il rapporte beaucoup. « Grâce à ce métier, je trouve de l’argent qui me permet de subvenir à mes propres besoins et ceux de la famille. J’achète à mes enfants tout ce qu’ils désirent. J’aide mon mari, mes sœurs et frères dans leurs dépenses et mes parents aussi. Je remercie le bon Dieu », dit-elle. Malgré les difficultés, elles s’en sortent bien, ce qui explique la renommée de la teinturière en dehors de nos frontières. « Les clients viennent d’un peu partout en Afrique. Aussi je reçois des commandes des clients de l’extérieur », se réjouit-elle.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans ce travail ?

Mes difficultés se situent surtout au niveau de la réduction de la clientèle. S’il y a moins de clients, le marché ralentit et cela joue sur notre activité. Sinon, dans l’ensemble, ça va.

 

Quelles sont les suggestions que vous pouvez faire aux femmes qui sont à la maison sans travail ?

Je suggère aux femmes de toujours compter sur elles-mêmes. Il est temps que les femmes prennent leur vie en main et celle de leurs enfants en travaillant ou en créant quelque chose d’utile. Il ne faut pas qu’on se laisse totalement à la charge ou dépendre de qui que ce soit. On doit chercher notre indépendance et chercher à évoluer. On doit montrer au monde entier que nous pouvons contribuer au développement, à nos familles, à nos communautés, à notre pays. Seul le travail paye. Je les invite  à entreprendre pour assurer leur autonomisation et contribuer aux dépenses de la famille car, pour moi, il n’y a pas de sot métier. Les femmes qui sont assises à la maison à ne rien faire, il faut qu’elles se serrent la ceinture parce que dans un foyer l’homme et la femme sont complémentaires. Que tu sois instruite ou pas tout le monde peut faire le travail de teinturière parce que dans la vie chacun a son destin. Femmes, réveillez-vous et ensemble bâtissons notre pays.

Réalisation : Stella Avlessi

Check Also

Dussuyer 2013

Face-à-face Bénin-Togo : Les Ecureuils au cœur de la préparation (L’effectif entièrement au complet)

Dimanche prochain, les Ecureuils de Bénin et les Eperviers du Togo s’affrontent à Cotonou pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *