Home / Politiques / Annulation des taxes data : Talon a vu juste

Annulation des taxes data : Talon a vu juste

La seule et la bonne mesure à prendre face à la colère des populations depuis la nuit du mercredi 19 septembre dernier : annuler le décret n° 2018-341 du 25 juillet 2018.  La mise en œuvre de ce décret était le plus grand péché du gouvernement de la République, font croire les citoyens excepté quelques uns. Des voix fusent de partout pour jeter tout, sauf du bon, sur le gouvernement de la Rupture. Des opposants ont saisi l’opportunité pour se faire un nom. Lequel no, le terrain ne leur accordait aucune possibilité. Pour ce, un communiqué de presse a été pris pour tenter de baisser la côte de popularité de Talon. Mais le Chef de l’Etat a montré sa vraie face qu’ignorent certains Béninois. Parce que trop sali par les oiseaux de mauvais augures – des préjugés qui n’ont de sens que pour nuire l’image du Président de la République. Pendant que les opposants et leurs compagnons d’intérêt financier se déversaient à contre charge sur lui, Patrice Talon a vu juste de rencontrer les acteurs de téléphonie mobile et la structure d’Etat en charge de leur régulation. Et ce, pour apporter la bonne nouvelle aux populations. C’était l’annulation du décret du décret n° 2018-341 du 25 juillet 2018 portant introduction d’une contribution sur la consommation des services de communications électroniques fournis par les réseaux ouverts au public en République du Bénin. Contre toute attente de ses détracteurs, le Chef de l’Etat a montré qu’il est à l’écoute de ses populations. Que les vantardises et bavardages de mauvais goût sur sa personne n’étaient que de la méchanceté gratuite. Ainsi, il faut noter qu’au cœur de la nuit la plus noire, le Président Patrice Talon a toujours trouvé des brindilles pour allumer un feu. C’est dire face à la demande de la population, le « compétiteur-né »  répondra toujours avec satisfaction. Pourvu que la demande soit de bonne cause.

 

La Ministre Zoumarou sait garder silence

 

Les tons se sont levés, depuis qu’il a eu augmentation de taxes sur les réseaux sociaux, contre la jeune Ministre de l’économie numérique Aurélie Adam Soulé Zoumarou. Très calme et patiente, elle s’est gardée de toute réponse aux  accusations et dénigrements faits contre sa personne par rapport à cette mesure dont elle n’est pas l’auteur.

Tout en travaillant en sourdine pour une sortie de crise, la Ministre de l’économie numérique et de la communication s’est donné la patience de se prononcer par rapport aux attaques contre sa personne. Certains individus ont même demandé sa démission, mais elle est restée optimiste pour trouver des portes de sortir de cette situation qui a embarrassé les friands des réseaux sociaux. Il a été même raconté que ces derniers temps n’ont pas été du tout favorables à l’autorité ; pourtant elle vaquait bien aux occupations pour une issue favorable. Alors que l’équivoque a été levée le samedi dernier, elle peut maintenant respirer de bel air et passer un bon week-end avec sa famille. Le Président de la République, Patrice Talon l’a déchargée de ce joug qui pesait sur elle depuis quelques jours. La jeune ministre a fait preuve de sagesse, de patience. Ce qui prouve d’ailleurs qu’elle maîtrise mieux son secteur. Toutefois, il faut souligner que cette mesure est tout à fait bonne. Seulement, c’est la mise en œuvre qui pose problème.

Gilles G. Gnimadi, Joseph-Martin Hounkpè

 

Des citoyens apprécient l’acte de Talon

Lucien Bessan/ Agent de sécurité : « j’en suis particulièrement soulagé»

La décision concernant le retour des forfaits est une très bonne décision. J’en suis particulièrement soulagé. Le peuple n’avait pas besoin d’être taxé jusqu’à ce point.

 

Rufin Ahognitade/Caissier : « La vie reprend de plus belle »

J’ai l’habitude d’activer un forfait appel 500f mais depuis le mercredi que les tarifs de communication ont connu des modifications, j’ai eu du mal à rester en contact avec mes grossistes. Aujourd’hui je suis très content d’apprendre que c’est annulé. La vie reprend de plus belle.

 

Carine Mehounou/ Revendeuse : « Annuler cette décision est la meilleure qu’on puisse faire »

Avec cette morosité économique qui gangrène le pays, je ne comprends pas qu’on puisse encore taxer les tarifs de communication. Annuler cette décision est la meilleure qu’on puisse faire, ils ont compris eux-aussi. Depuis le mercredi, les gens ont jeté leur téléphone portable. Seulement quelques-uns venaient encore acheter de crédit chez moi.

 

Annabelle Tchatcha, étudiante : « C’est la meilleure décision »

Je pense qu’il a bien fait et que c’est la meilleure décision. Les parents qui ont leurs enfants à l’extérieur vont pouvoir les appeler sans trop dépenser. Les femmes qui ont leur mari à l’extérieur aussi c’est vraiment une bonne idée. Moi  en tout cas  je le remercie pour ça.

 

Yussuf  Sekinaah, étudiante : « C’est ce qu’il y avait de mieux à faire »

Cette situation a beaucoup troublé mon commerce. J’avais presque rien vendu.  Les clients ne payent plus trop puisqu’ils ne regardent plus les statuts et d’autres ne se connectent non plus. Et je crois que cette décision d’annuler le décret portant sur les taxes data  est ce qu’il y avait de mieux à faire.

 

Ulrich Acotchou, informaticien : « Il est revenu sur ce qui est mieux pour nous»

Selon moi, le président  s’est rendu compte que, ça n’arrange pas la population. Du coup, il est revenu sur ce qui est mieux pour nous. Je ne me suis vraiment pas plaint. Moi, je m’adapte à chaque situation qui se présente à moi. Je n’aime pas trop me plaindre.

 

Socrate Singbo, étudiant : « Il a déjà eu gain de cause »

Moi personnellement la taxation des forfaits  ne m’a pas dérangé. Le président avait déjà dit depuis le début qu’il n’ira pas chercher l’argent ailleurs pour reconstruire le pays que tout est à l’intérieur. L’argent est dans le pays. Qu’il en trouverait par tous les moyens. Durant ces trois ou quatre jours de taxation des forfaits, il a certainement trouvé une bonne partie de l’argent dont il a besoin pour la réalisation de son PAG. Puisqu’il lui manquait un nombre de pourcentage pour réellement lancer les travaux. C’est ce que beaucoup ne comprennent pas. Et donc les criardes n’ont vraiment pas eu d’influence. Il a eu ce qu’il voulait et voilà. Le fait de ramener les forfaits aux anciens tarifs est une bonne chose et de toute façon il a déjà eu gain de cause et on passe à autre chose

 

Anonymat : « J’ai trouvé son recule comme une stratégie»

Je m’étais plaint naturellement. J’ai trouvé son recule comme un stratège, il savait très bien que le peuple n’allait pas accepter ça et pour montrer après le bon samaritain, pour montrer sa gentillesse parce qu’il s’est déjà fait trop voir, il annule ce décret.

 

Vital, informaticien : « C’est réjouissant quand-même »

Moi personnellement je pense que ce n’est pas bien d’essayer de nous couper les forfaits. C’est une perte de temps  du président puisque la majorité des jeunes vivent de ça. Moi, mon activité de revenus est sur internet et j’allais faire comment s’il ne faisait pas cette annulation. C’est réjouissant quand-même. Nous n’allons pas dire merci pour ça.

 

Sandol Bana, Étudiant : « Nous sommes accrochés aux réseaux sociaux »

C’est une sage décision qu’il a prise en annulant. Il veut nous prouver qu’il est présent comme si nous n’étions pas au courant. Notre travail dépend de ça.  Que désormais qu’il ne nous fasse plus des coups bas. Nous méritons l’internet déjà que nous vivons à l’ère de la nouvelle technologie.

 

Grégoire Gnanclo, vendeur de crédit : « La fuite des clients après la taxation pèse énormément sur nos chiffres d’affaires »

Je suis des plus heureux vendeurs de crédit de Cotonou. En deux jours mon chiffre d’affaire à baissé. Je réfléchissais déjà trop jusqu’à ce qu’il annule. La connexion à moindre coût est primordiale puisque des jeunes prennent des formations par internet. Maintenant je vivrai normalement.

 

Gaspard Gbeya, Étudiant : « Cette taxation n’avait aucun droit d’exister »

Nous sommes dans un pays démocratique et le droit à la communication est primordial. Cette taxation n’avait aucun droit d’exister. C’est bien qu’il soit revenu sur les anciens tarifs. Nous ne devons pas être privés des moyens de communication.

 

Ricardo Agbahouko, élève en Tle : «C’est toujours mieux de taxer »

Je pense que la taxation est mieux et cela peut plus arranger les élèves à mieux se concentrer sur leurs études. Ce serait mieux que le gouvernement maintienne les taxes pour que les élèves aient de temps pour apprendre leurs leçons. Donc, je n’apprécie pas totalement le fait que le gouvernement ait annulé de nouveau les taxes sur les forfaits internet.

 

Maxime Tchohoungbo, étudiant : « Je pense qu’il faudrait maintenir la taxation »

Moi, je pense qu’il faudrait maintenir la taxation ; cela permettra de limiter les conneries racontées sur les réseaux sociaux. Depuis le mercredi que la connexion a été taxée, les gens ne prennent plus leurs temps pour activer des forfaits et poster de n’importe quoi. Or les réseaux sociaux sont normalement faits pour s’écrire des messages informatifs. Je ne suis pas du tout d’accord que le gouvernement ait ramené les choses à la normale.

 

Cocou Jonas, enseignant : «Une connexion moins chère leur serait rentable»

Je suis tout à fait d’accord que le gouvernement ait décidé d’annuler les taxes sur les forfaits. Une connexion moins chère leur serait rentable. D’ailleurs, une bonne connexion est l’une des actions que ce gouvernement puisse offrir au peuple, vu son ambition de faire du Bénin le quartier numérique de l’Afrique.

Othniel Zoclanclounon, étudiant : «  je remercie … Patrice A. Talon pour avoir écouté le Peuple»

Le retour des forfaits me réjouit juste partiellement. J’aurais préféré qu’on ramène juste les forfaits appels, là si on a besoin de quelqu’un on l’appelle pour les informations et pour la communication. Mais  par rapport aux forfaits Internet les taxes mises en vigueur auraient dû rester telles, puisque l’internet est utilisé par la plupart des jeunes pour des fins inutiles, je dirai même on assiste au mésusage de l’internet escompté, ceux qui l’utilisent pour des travaux professionnels, pour l’éducation et pour leurs formation. Si les forfaits Internet demeuraient taxés, nous saurons que ce sont les responsables qui l’utilisent désormais mais je remercie quand même le travail abattu par notre cher Président, son Excellence Patrice A. Talon pour avoir écouté la voix du Peuple et je lui souhaite du meilleur pour la suite.

 

Prisca Jako, Institutrice. « Cette taxation impactera positivement le système éducatif béninois. »

Nous n’allons pas dire  que c’est  mauvais. Mais cette taxation aura  impacté positivement  les résultats du système éducatif car les élèves  seront obligés de se consacrer uniquement à leurs études. Le travail  revient à cet effet  aux parents de prendre leur responsabilité vis-à-vis de leurs enfants afin qu’on ait de meilleurs résultats à la fin de l’année scolaire. Toutefois, nous remercions le Chef de l’État, parce qu’il nous a rendu un grand service. Nous sommes ravis et nous lui  disons merci aussi  à tous ceux  qui auraient milité pour cela. Oui, enfin nous retrouvons notre sourire avec les forfaits.

 

Houessou Hyppolyte, étudiant : « Elle est sage, cette décision qui annule les taxes »

La plupart des gens communiquent aujourd’hui à travers les réseaux sociaux, surtout dans le monde des étudiants. C’est vrai que ces réseaux ont leurs impacts négatifs sur l’évolution des élèves et étudiants, mais là aussi, il faut souligner qu’il s’agit seulement de ceux qui s’y attachent trop, ceux qui pensent que leurs vies en dépendent. Mais la plupart du temps, ce sont des canaux de communication très efficaces et très nécessaires aujourd’hui. C’est pourquoi, de mon point de vue, l’accès ne devrait pas être compliqué, difficile, à ces réseaux. Comprenez avec moi que taxer lourdement les forfaits, c’est rendre difficile l’accès à l’Internet et aux réseaux sociaux. Donc, je crois qu’elle est sage, cette décision qui annule la lourde taxation des forfaits et qui par la même occasion, restaure les coûts normaux des forfaits.

 

Deo Gracias Fadohou, biologiste de formation : « mes sincères gratitudes au gouvernement pour cette remise en cause»

Les réseaux sociaux facilitent la communication. Je suis vraiment contente du fait du retour des prix normaux des forfaits internet. Il faut avouer que cet accès facile à l’internet nous a beaucoup aidés, surtout  pour préparer des mémoires d’études et pour d’éventuelles recherches. Je voudrais à cet effet adresser mes sincères gratitudes au gouvernement du Président de la République pour cette remise en cause.

 

Jules Ahomedo/Peintre Bâtiment « …ça m’a vraiment fait plaisir »

Au moment où j’avais appris qu’ils ont annulé les taxes, vraiment j’étais un peu fier. Parce que sans ça, c’est tout comme si on a perdu quelque chose. Parce qu’on est habitué à internet aujourd’hui. Ce n’est pas qu’on fait quelque chose de mauvais avec. Mais on peut rester en contact avec des amis qui sont à l’étranger, des amis qu’on a vus il y a longtemps. J’ai appris cela ce matin et ça m’a vraiment fait plaisir. Donc je prie le bon Dieu pour que notre président puisse toujours agir de cette façon.

 

Bruno Azonnoudou / Agent du Mef : «C’est une décision sage »

Je pense que c’est une décision sage puisque cette réforme ne rencontre pas l’unanimité des populations. Ce n’est pas une réforme qui est acceptée par tous donc autant l’annuler. Le président n’a fait qu’écouter la voix du peuple et doit lui reconnaître cela. »

 

Houndegla F. Jean / Elève : « Nous le remercions beaucoup pour cela»

Selon moi, la décision du président Patrice Talon concernant la taxation des services internet et appels est une décision salutaire. Nous avons tous constaté qu’après que cette décision a été prise, tout le monde a commencé par crier. Bon! S’il a pris cette décision, c’est bon parce que s’ils ne reviennent pas aux anciens tarifs, je pense que ce serait vraiment difficile. Donc nous remercions le Chef de l’Etat pour avoir changé la décision concernant la taxation des services internet. Nous le remercions beaucoup pour cela.

 

Chodaton Corneille / Artiste comédien «… il fallait le faire »

C’est une bonne chose, c’est une très bonne chose et il fallait le faire  parce qu’il faut réfléchir avant de prendre des décrets. Le gouvernement même n’est plus crédible parce que  s’il faut avancer et reculer, ce n’est pas bien. L’annulation est une très bonne chose et notre souhait maintenant est qu’on diminue les tarifs pour les élèves, les étudiants. Qu’on aille taxer les grandes sociétés qui utilisent internet et puis les communications. Voilà !

 

Junior Bodjrènou /Etudiant: «  C’était juste une stratégie »

Je pense plutôt que c’était juste un test du président pour voir combien il a la main mise sur le pays et combien il maîtrise le Béninois. Test qu’il a réussi!

 

Oscars Oba/Informaticien Réseau: « Le peuple est toujours souverain »

Mois je retiens  deux choses de cette annulation. La première est que le gouvernement n’a réalisé au préalable l’impact qu’aurait la connexion Internet sur la population en prenant un tel décret sur l’augmentation des taxes. La deuxième c’est que, ce sont les grognes de la population qui ont obligé le gouvernement à annuler ses dites taxes. Ce qui prouve la souveraineté du peuple une fois encore. Je pense vraiment que tout ce qui se passe à des fins politiques. Dans un pays où on demande à la jeunesse d’innover de créer des entreprises je pense qu’un gouvernement sérieux, qui veut promouvoir sa jeunesse, ne peut pas décider de limiter l’accès à internet alors qu’on est au 21e siècle. Nous sommes à l’ère de la mondialisation.  Cela pourrait être dommage pour un petit pays comme le nôtre.

 

Aïchathou Moucharaff/ Revendeuse de crédit: « Ça nous arrange que tout redevienne comme avant »

Quand ils ont augmenté la taxe ça n’a arrangé que les réseaux. Bien vrai nous on a des commissions sur la vente du crédit mais les forfaits nous en donnaient encore plus. Avec les taxes les gens étaient forcés d’acheter du crédit et non du forfait. Ils ont dû rembourser leurs dettes envers les réseaux. Maintenant que les taxes sont annulées ça nous arrange plus nous revendeurs de crédit.

 

Paul Dassanou , Zémidjan : « Je salue cette remise en cause du gouvernement »

Je salue la remise en cause de cette décision du gouvernement, c’est bien qu’il ait décidé d’annuler les taxes. On pourra continuer à émettre librement nos communications.

 

Luc Zogbadji, Maçon : « J’espère que l’annulation de la taxe sera définitive »

Taxer les forfaits  était une méchante décision de la part du gouvernement. Moi par exemple, je n’ai  pas de Wi-Fi c’est pourquoi j’active les Mo. J’espère juste que le gouvernement annulera définitivement une telle mesure pour éviter qu’on ne souffre pas dans le pays à cause des Mo.

 

Bekou Hosana, étudiante : « Au Bénin rien n’est fait avec rigueur »

Moi je trouve que le fait d’annuler les taxes est une bonne chose, mais cela prouve qu’au Benin, les prises de décision ne sont pas réfléchies. Sinon comment se fait –il qu’on annule en moins de quatre jours une décision qui a été prise. La rigueur n’y est pas.

 

Propos receuillis par Deo- Gratias Quenum (stg), Egnonnoumi Tchaou(stag), Ezéchiel Jako, Keneth Eganhoui, Gaston Amoussou, Elirèse Hounsou, Rizikatou Alekoudou,  InèsNoukpo

 

 

 

Communiqué du Conseil des Ministres relatif au décret n° 2018-341 du 25 juillet 2018

A l’initiative du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, une séance de travail a réuni ce samedi 22 septembre 2018 à la présidence de la République, des membres du Gouvernement, les Opérateurs GSM et l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP), pour faire le point de la mise en œuvre du décret n° 2018-341 du 25 juillet 2018 portant introduction d’une contribution sur la consommation des services de communications électroniques fournis par les réseaux ouverts au public en République du Bénin.

Il convient de souligner que :

L’analyse du marché des communications électroniques révèle que le secteur est de plus en plus confronté à l’explosion des usages tels que les services de contournement qui génèrent plus de trafic de données mais, paradoxalement, moins de recettes. Cette situation entraine une baisse continue du chiffre d’affaires des Opérateurs GSM et par conséquent une baisse de leurs contributions aux recettes de l’Etat ;

Il est important de sauvegarder la valeur du marché et de garantir les sources de financement des investissements nécessaires, au regard de l’ambition du Gouvernement dans le secteur du numérique ;

en raison de l’évolution des technologies, le système de tarification en vigueur n’est plus adapté.

C’est donc en vue de réduire la dégradation avérée du marché des communications électroniques que le Gouvernement a adopté ledit décret.

En appréciant l’exposé sur l’état d’esprit des populations puis après avoir écouté les Opérateurs GSM et l’ARCEP, le Gouvernement note que les modalités de mise en œuvre dudit décret par les Opérateurs, à partir du 19 septembre 2018, sont de nature à rompre l’économie globale du secteur, au détriment des consommateurs, en particulier les plus modestes.

Il s’observe notamment que :

Le prélèvement de 5 FCFA / Mégaoctet sur les offres de services concernés impacte négativement la consommation ;

D’énormes difficultés et perturbations techniques ont été notées lors de la mise en œuvre et ont entrainé des désagréments dans la consommation du service internet ;

Des milliers de consommateurs auraient vu leurs forfaits annulés par les Opérateurs ;

Le renchérissement des tarifs, en particulier pour les consommateurs les plus modestes, est de nature à entraver la démocratisation de l’internet portée par la vision du Gouvernement ;

Les consommateurs n’ont pas bénéficié d’informations suffisantes sur les nouvelles offres des Opérateurs ;

La similitude entre les nouveaux tarifs présentés par les deux Opérateurs laisse soupçonner une entente illicite.

Aussi, en raison de ce déséquilibre de l’économie du secteur qui nuit aux intérêts des consommateurs, le Président de la République, après avoir entendu le Conseil des Ministres, a-t-il décidé d’abroger le décret visé pour compter du lundi 24 septembre 2018 à 00 heure.

Un comité sera mis en place pour définir, ensemble avec les Opérateurs GSM, les Associations de consommateurs et les autres parties prenantes, les mesures appropriées aux fins de :

Mettre en cohérence le système de tarification du secteur avec les nouveaux usages et technologies numériques ;

Poursuivre les efforts de réduction de la fracture numérique à travers des investissements dans l’économie numérique ;

Accroître la contribution du secteur du numérique à la croissance économique.

Le Gouvernement réaffirme sa vision de faire du secteur de l’économie numérique, un vecteur de développement et de croissance de l’économie béninoise.

En tout état de cause, pour compter du lundi 24 septembre 2018 à 00h, les nouveaux tarifs annoncés par les Opérateurs sont abrogés et les anciens restent en vigueur jusqu’à nouvel ordre.

L’ARCEP veillera au respect scrupuleux de ces mesures.

Fait à Cotonou, le 22 septembre 2018

Check Also

Conseil des ministres 14 novembre 2018 : 02 nominations prononcées, 02 manifestations autorisées

Mis à part les grandes décisions du Conseil des Ministres du 14 novembre 2018, 02 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *