Home / Politiques / Assemblée Nationale : Bio Tchané s’en va, Assan Seibou s’installe

Assemblée Nationale : Bio Tchané s’en va, Assan Seibou s’installe

Le Président Abdoulaye Bio Tchané élu député à l’Assemblée Nationale après le scrutin du 28 avril 2019 n’y est pas séjourné longtemps. Il a cédé son fauteuil à son suppléant Assan Seibou en déposant, comme le suggèrent les dispositions des articles 12 et 13 du Règlement intérieur de l’Assemblée Nationale sa lettre de démission. Ladite  lettre qui a été lue à la séance plénière du lundi 20 mai dernier au Palais des gouverneurs de Porto-Novo a eu pour conséquence l’installation de l’honorable Assan Seibou dans ses fonctions de députés. Qui est Assan Seibou ? Que vient-il faire au Parlement ? Réponse dans l’interview qu’il a bien voulue nous accorder.

 

« Je ne suis pas venu ici pour faire autre chose que ce qui est normal »

Vous venez d’être installé député à l’Assemblée nationale suite à la démission de votre titulaire, Abdoulaye Bio Tchané. Quelles sont vos premières impressions ?

Je vous remercie. Je puis  vous avouer d’abord que je suis ému parce que j’ai été déjà parlementaire. J’ai fait la troisième et la quatrième législature. Donc, retrouver cette maison après 12 ans pour recommencer une nouvelle législature, vous comprenez que ça ne peut être qu’une émotion pour moi. C’est une sorte de retrouvailles qui me rend assez heureux. Cela me fait entrer dans la catégorie des rares personnes qui ont bénéficié de la grâce de Dieu en  retrouvant une place politique de haut niveau qu’ils ont perdu après près d’une décennie. Deuxièmement, c’est un sentiment de reconnaissance qui m’anime parce qu’être suppléant du ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané et siéger à sa place au parlement est un honneur, compte tenu de son rang social, son rang politique et de l’importance de l’homme. Nous avons créé un parti politique ensemble. Nous nous sommes battus ensemble avec beaucoup de personnes et nous avons fini par sortir des députés et que j’en fasse partie, me fait honneur.

 

Quels sont vos défis pour cette 8ème législature ?

Mon envie de revenir pour cette législature est beaucoup plus animée par le souci de voir se traduire ce changement politique profond qui est actuellement prôné par le Chef de l’État depuis qu’il est arrivé au pouvoir et qui nécessite des mesures assez courageuses et non passionnées. Je veux dire des mesures qui doivent être bien étudiées, bien discutées là où on initie les décisions ou les fondements des décisions. Il faudra que le débat soit assez important pour que ce que nous voulons faire serve aux générations futures. Le renouveau démocratique a commencé il y a près de 30 ans. Il était temps que le Bénin s’arrête pour voir si sa démocratie telle que nous l’avions pensé nourrit son peuple. Est-ce que nous pouvons continuer la démocratie de la même façon ou est-ce que les textes que nous nous donnons garantissent la survie? Je pense qu’il y a beaucoup d’interrogations sur ce point. Revenir là où vont être pris les textes fondamentaux des réformes ne peut que me réjouir.

 

Est-ce que les réformes dont vous parlez peuvent conduire à la révision de la Constitution ?

Pour un Parlement, il n’y a de limite que la loi. Il n’y a de limite que ce que la loi a limité. On ne peut donc ni en amont ni en aval, vous dire qu’on peut faire quelque chose ou qu’on ne peut pas le faire. Je ne suis pas venu ici pour faire autre chose que ce qui est normal. Que cela me soit soumis par le gouvernement ou que ce soit une proposition de loi ; c’est-à-dire venant d’un député, je suis venu pour faire en mon âme et conscience ce que je pense bien pour mon pays. Si cela doit être une révision de la Constitution, je la ferai. Si c’est autre chose, je la ferai aussi.

 

Vous étiez sur le terrain pendant la campagne électorale pour les élections législatives. Alors, quelles étaient les préoccupations de vos mandants qui ont le plus retenu votre attention ?

En ce qui concerne la 14ème circonscription électorale, nous avons entendu des préoccupations qui sont loin de nos petites guéguerres politiques. Les populations nous disent qu’elles veulent de l’eau. Si on peut donner de l’eau à boire à tout le monde, si le président Patrice Talon et son gouvernement arrivent à le faire, il aurait satisfait la première demande fondamentale que j’ai entendue dans presque tous les villages de la 14ème circonscription électorale. Bien sûr qu’il y a d’autres choses qui relèvent de leur vie quotidienne. Elles veulent l’électricité qui aujourd’hui n’est plus un luxe. Elles veulent des pistes rurales pour évacuer leurs produits agricoles. Globalement, il y a des préoccupations concrètes qu’elles ont exprimées. En tout cas, nous sommes venus au Parlement pour défendre cet idéal que mon titulaire a porté et que je suis en train de porter à mon tour en tant que suppléant.

 

Quelles sont vos ambitions personnelles pour cette nouvelle législature ?

Je pense que pour les ambitions, il faut savoir être mesuré. Je viens d’arriver et je vais voir ce qui est disponible, ce qui peut se discuter. On ne vient pas au Parlement comme ça pour prendre quelque chose. C’est des négociations et des concertations. Il faut aussi que certaines personnes vous trouvent dignes de le faire. Je prendrai le temps de voir en quoi et autour de quoi mes autres camarades peuvent me faire confiance.

 

Quel appel avez-vous à lancer à l’endroit du peuple béninois en général et de vos mandants de la 14ème circonscription électorale en particulier ?

A l’endroit des populations de la 14ème circonscription électorale, je veux leur dire de garder espoir. Il n’y a que Dieu pour finir tous les problèmes. Mais ce qui est essentiel que nous avons entendu, nous nous battrons pour que le gouvernement le fasse. Nos guéguerres politiques ne doivent pas les emballer. Certains centres d’intérêts font bouger certains dans des sens qui ne cadrent pas toujours avec leurs intérêts. Ici au Parlement, nous veillerons à ce que leurs intérêts soient préservés. Au peuple béninois, je veux dire que nous ne pouvons rien bâtir sans la paix. Sans la paix, il n’y a rien de possible. En dehors de ça, il faut être responsable. Cette phase dans laquelle nous rentrons est vraiment celle de la responsabilité nationale. Nous devons nous impliquer dans tous les débats qui se font ici et amener les députés à traduire la volonté de la base dans les lois. Je souhaite que tout se passe sans passion et sans violence.

Propos recueillis par El-Hadj Affissou Anonrin

 

CV Assan Seibou

SEIBOU Assan Né vers 1967 à Copargo (Bénin)

 2017 – 2019 : Directeur du Centre de Partenariat et d’Expertise pour le Développement Durable (CePED)

Marié, père de quatre (04) enfants, il est diplômé d’un Master II en Droit Pénal et Sciences Criminelles, obtenu en 2016 (Université de Parakou (Faculté de Droit et Sciences Politiques de Tchaourou), d’une Maîtrise en Sciences Economiques  (Option : Gestion des Entreprises), obtenu en 1993  à l’Université Nationale du Bénin (Faculté des Sciences Economiques, Juridiques et Politiques (FASJEP) ; d’une  Licence en Sciences Economiques, obtenu en 1993 à l’Université Nationale du Bénin (Faculté des Sciences Economiques, Juridiques et Politiques (FASJEP); et d’un Baccalauréat BG : Série Scientifique (Option : Biologie et Géologie), obtenu en 1984 à  l’Université Nationale du Bénin (Faculté des Sciences Economiques, Juridiques et Politiques (FASJEP) ;

Député des IIIe et IVe Législatures de l’Assemblée Nationale du Bénin (1999-2007)

Vice – Président de la Commission Relation Extérieure, Défense, Sécurité et Coopération Internationale (1999 – 2003).

Député du Parlement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) – ABUJA/ NIGERIA (2000 – 2010)

Vice – président du Parlement de la CEDEAO (2007-2010).

Membre de la Conférence des Bureaux du Parlement de la CEDEAO.

Membre du Bureau d’âge de la 2e Législature du Parlement de la CEDEAO

(Novembre 2006). Premier Secrétaire Parlementaire du Parlement de la CEDEAO (2003- 2005) ;

Rapporteur de la Commission Affaires Etrangères, Coopération, Défense et Sécurité du Parlement de la CEDEAO (2001 – 2003)

Secrétaire du Bureau d’âge de la 1ere Législature du Parlement de la CEDEAO (2000)

 

Parcours militant

Membre du bureau exécutif national et du bureau politique du Bloc Républicain.

De 2010 à 2018 : Il fut, conseiller politique de l’Alliance pour un Bénin Triomphant (ABT).

De 1998 à 2010 : Deuxième vice-président du Mouvement Africain pour la Démocratie et le Progrès (MADEP).

De 1992 à 1998 : Membre fondateur et Président de la 2ème mandature de l’Organe Consultatif de la Jeunesse (OCJ).

De 1991 à 1995 : Président fondateur du Front des Etudiants pour le Développement du Nord (FREDEN).

1991 : Président fondateur de l’Association des élèves et étudiants de Copargo.

Check Also

heho

Assemblée Nationale : Hervé Hèhomey cède sa place à Lambert Agongbonon

Les démissions pour éviter les cumuls de fonctions se poursuivent à l’Assemblée Nationale du Bénin. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *