Home / Politiques / Au sujet de la restitution des œuvres d’art au Bénin par la France : Me Jacques A. Migan salue l’esprit d’anticipation de Patrice Talon

Au sujet de la restitution des œuvres d’art au Bénin par la France : Me Jacques A. Migan salue l’esprit d’anticipation de Patrice Talon

La restitution par la France des œuvres d’art arrachées au patrimoine du Dahomey pendant la période coloniale continue de faire des vagues. La dernière réaction enregistrée vient de Me Jacques A. Migan, ancien Bâtonnier de l’Ordre des avocats du Bénin. Dans une tribune qu’il vient d’adresser à notre rédaction (lire ci-dessous), ce passionné de l’art salue l’esprit d’anticipation qui a caractérisé l’acte historique posé par le Président Patrice Talon dans la restitution de ces biens volés au Bénin. Dans sa tribune, il a aussi mis l’accent sur les nombreuses implications que peuvent avoir l’engagement pris à Ouagadougou en 2017 par le Président français Emmanuel Macron et plus particulièrement la détermination de son homologue béninois Président Patrice Talon. Voici l’intégralité de sa tribune. « L’engagement pris à Ouagadougou en 2017 par le Président français Emmanuel Macron et plus particulièrement auprès du Président Patrice Talon lors de son voyage officiel en France commence à se concrétiser. Suite au rapport Savoy– Sarr remis le 23 novembre dernier, le Président Emmanuel Macron vient de s’engager à restituer au Bénin 26 œuvres majeures conservées et exposées au Musée du Quai Branly à Paris. C’est la 1 ère fois qu’un tel engagement va devenir réalité. Nous, Béninois pouvons être très fiers d’avoir initié un tel processus. Nos voisins comme la Côte-d’Ivoire, le Burkina-Faso ou le Sénégal demandent à leur tour la restitution d’une partie de leur patrimoine. Un mouvement nouveau est en marche qui replace, pour la 1 ère fois, la culture au centre de la définition de la Nation et des préoccupations économiques. En effet, pouvoir s’identifier à sa culture est fondamental dans la construction de l’être humain. Avant de s’ouvrir à des cultures différentes, il est nécessaire de s’approprier sa propre culture. Pour cela, il est indispensable que les nations disposent de leur patrimoine culturel afin de se l’approprier et de mieux le transmettre aux plus jeunes générations. Il est donc évident que l’école a un rôle fondamental à jouer. Emmener des classes à découvrir les œuvres artistiques de notre patrimoine constitue un acte éducatif majeur. C’est permettre à des jeunes, adultes de demain, d’être fiers d’être béninois. C’est leur permettre de s’identifier tous à une même culture. C’est permettre le renforcement d’appartenir à une même nation. L’art est, en réalité, un élément constructif majeur de l’identité nationale. La restitution des ces œuvres d’art représente également un atout économique non négligeable. Cela impose à notre pays de construire des musées dans lesquels celles-ci seront exposées et conservées dans les mêmes conditions qu’en Europe ou ailleurs. Cela impose de former un personnel compétent capable non seulement d’assurer la préservation des œuvres sans oublier les conférenciers, les gardiens …. Cela signifie que les Universités vont devoir ouvrir de nouvelles spécialités afin de former les jeunes intéressés par le patrimoine. Il est évident que des musées offrant aux visiteurs un patrimoine riche et varié constitueront un facteur essentiel dans le développement touristique du Bénin. Ils renforceront l’attractivité des grandes villes historiques comme Abomey – (n’oublions pas que le Palais Royal est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO) – Ouidah et Porto-Novo. Chacune de ces villes offre une histoire profondément différente, complémentaire et très riche. Autrement dit, l’art est un facteur économique à part entière qui participe à la création d’emplois et au développement économique. En sollicitant le retour de ces œuvres, le Président Patrice Talon a initié un processus original contribuant à la fois à la reconnaissance de la richesse culturelle du Bénin au niveau national et international et au développement économique de notre pays.

Me Jacques A. Migan

Ancien Bâtonnier de l’Ordre des Avocats du Bénin

Check Also

heho

Assemblée Nationale : Hervé Hèhomey cède sa place à Lambert Agongbonon

Les démissions pour éviter les cumuls de fonctions se poursuivent à l’Assemblée Nationale du Bénin. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *