Home / Actualité / Certification des médiateurs dans l’espace UEMOA : Le CHMC-CCIB outille les candidats béninois

Certification des médiateurs dans l’espace UEMOA : Le CHMC-CCIB outille les candidats béninois

Le Centre d’arbitrage, de médiation et de conciliation de la Chambre du commerce et d’industrie (Chmc-Ccib), sur  l’insistance de ‘’International trade commerce’’ (Itc), a organisé une séance d’échanges avec les candidats en médiation dans le cadre de la suite de leur certification qui aura lieu dans le mois de mai 2018. Les différentes étapes de médiation ont été abordées et expliquées du fond en comble par le secrétaire permanent du Chmc-Ccib, William Sourou et Mme Possy Berry Quenum, présidente de l’association Impulsion du droit communautaire (Idc-Bénin).

Ils sont environ une vingtaine à la séance d’échanges hier à la Chambre du commerce et d’industrie du Bénin dans le but d’affûter leurs armes. Eux, ce sont les candidats en médiation qui ont fait une formation pratique au Bénin et en ligne, vue et approuvée par le Centre international de commerce en partenariat avec l’Uemoa. Pour le secrétaire permanent du Centre d’habitat, de médiation et de conciliation de la Chambre du commerce et d’industrie du Bénin, M. William Sourou, l’objectif de la séance est de mettre les candidats en médiation qui ont fait une formation aussi bien pratique ici qu’en ligne, vue et certifiée par le Centre international de commerce en partenariat avec l’Uemoa qui a décidé de former 15 médiateurs dans 3 pays pilotes de l’Uemoa. Ces pays sont le Bénin, le Burkina Faso et le Niger.  « Au niveau du Bénin, nous sommes suffisamment avancés, ce qui fait que l’Itc a décidé de venir au Bénin pour certifier pour que désormais nous ayons des médiateurs certifiés Itc, des agents bien formés qui pourront aider les Béninois, les commerçants à régler leurs conflits que dans les institutions juridiques », a souligné M. William Sourou. En effet au cours de la séance, les 6 points majeurs  dans le processus de médiation sont abordés. L’avant médiation est une étape de préparer la médiation. Cela permet au médiateur de savoir de quoi parle le dossier. Le deuxième est lié à l’introduction qui prend en compte l’accueil des parties et le tracé du cadre du déroulement de la médiation. Ensuite vient le troisième qui et la présentation des faits. « Il faut savoir reformuler et  savoir poser des questions », a conseillé Mme Mme Possy Berry Quenum, présidente de l’association Impulsion du droit international. Là, le médiateur passe la parole aux « médiés » pour que chaque partie explique les faits. L’identification  des besoins et des intérêts est le quatrième point. A ce niveau, il est demandé de cerner le périmètre des problèmes. William Sourou a expliqué que le médiateur doit savoir ce qui pose le problème, identifier les besoins réels des parties. Mieux, procéder à la recherche de l’accord sur le désaccord. S’ensuivent en point 5 et 6 la recherche de solution et la rédaction de l’accord. En point cinq, il est question des propositions de chaque partie. C’est l’étape où les parties recherchent des solutions réalistes et exécutables. Une autre séance est prévue pour le jeudi prochain pour les jeux de rôle.

Joseph-Martin Hounkpè

Check Also

gaston

Evaluation du Ptab du Maep au 31 mars 2018 : Dossouhoui invite les Directeurs techniques à redoubler d’effort

La Direction de la programmation et de la prospective du Ministère de l’agriculture, de l’élevage …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *