Home / Actualité / Développement des filières riz, manioc et maïs : Le gouvernement autorisé à emprunter des milliards de F CFA auprès du FIDA

Développement des filières riz, manioc et maïs : Le gouvernement autorisé à emprunter des milliards de F CFA auprès du FIDA

Les députés de la 7è législature sont prêts à accompagner le gouvernement Talon dans sa politique de diversification des filières agricoles au Bénin. Ils en ont apporté la preuve le jeudi 7 mars dernier au Parlement avec le vote à l’unanimité du projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord de prêt signé entre le FIDA et le Bénin pour le financement partiel du Projet d’appui au développement et à l’accès aux marchés (Padam).

Le montant de cet accord signé à Rome, le 8 février dernier, entre la République du Bénin et le Fonds international de développement agricole (Fida) est de 13,2 millions d’euros, soit 8 737 347 240 F Cfa. Selon le Président de la Commission des finances de l’Assemblée Nationale, le financement obtenu en réalité du Fida s’élève à 26, 640 millions d’euros, soit 17,475 milliards F Cfa, représentant 29,7% du coût total du projet évalué à 104, 400 millions d’euros équivalent à 55,8 milliards F Cfa. « Le Fida contribue à hauteur de 50% de ce montant, soit 8 737 347 240 F Cfa sous forme de don et 50% sous forme de prêt. Les 8 737 347 240 F Cfa de prêt sont contractés pour une durée de 40 ans dont 10 ans de différé en capital. La commission de service est de 0,75% l’an sur le montant décaissé et non encore remboursé. Le prêt est remboursé par semestre », a-t-il précisé par ailleurs. De façon globale, le projet vise à réduire substantiellement la pauvreté rurale à travers la promotion des filières agricoles conventionnelles porteuses de croissance que sont le riz, le maïs et le manioc. De façon spécifique, il permettra d’améliorer : la sécurité alimentaire et les revenus des petits agriculteurs de sa zone d’intervention, en particulier les femmes et les jeunes à travers notamment l’accès des petits exploitants aux intrants et aux services de conseil de qualité ; le développement des infrastructures d’irrigation et de marché ; l’appui aux investissements de transformation et de commercialisation et le renforcement des capacités des organisations professionnelles à fournir des services efficaces à leurs membres. Autrement dit, la réalisation de ce projet permettra au secteur agricole de contribuer pleinement à la croissance économique en favorisant le développement et la promotion des trois filières agricoles cibles que sont le riz, le manioc et le maïs. Lors du débat général qui a suivi la présentation du rapport de la commission des finances, les députés ont à l’unanimité salué la pertinence de ce projet. Ils ont par ailleurs souhaité vivement que ce projet impacte les cibles qui ont été retenues et apporte un plus au développement des filières agricoles au Bénin et surtout à leur diversification. Les questions d’accès aux marchés n’ont pas été occultées. Assurance leur a été d’ailleurs donnée par le ministre Gaston Dossouhoui sur le grand sérieux qui va entourer la mise en œuvre de ce projet.

El-Hadj Affissou Anonrin

Check Also

Assemblée nationale/8ème législature : L’Ong Alcrer invite les députés à se mettre au service exclusif du peuple béninois

La 8ème législature doit faire la différence pour montrer davantage de respecter les lois de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *