Home / Actualité / Édition 2019 de la fête des religions endogènes : Idji, Babatoundé, Adékambi…honorent les orisha de Kétou

Édition 2019 de la fête des religions endogènes : Idji, Babatoundé, Adékambi…honorent les orisha de Kétou

La commune de Kétou n’est pas restée en marge de la célébration de l’édition 2019 de la fête des religions endogènes. Hier jeudi 10 janvier 2019, têtes couronnées, notables, chefs de divers cultes endogènes, gardiens de la tradition, adeptes, prêtes et prêtresses des cultes traditionnels… se sont donnés rendez-vous à la Place du Centenaire de la renaissance de Kétou pour honorer les mânes de nos ancêtres.

Plus d’une trentaine de groupes Orisha venus de tous les arrondissements de Kétou ont pendant des heures tenu en haleine le public qui a massivement fait le déplacement. Shango, Egoungoun, Atinga, Gounouko, Thron et bien d’autres divinités étaient au rendez-vous et ont démontré de quoi ils étaient capables. L’ambiance était à la grande fête et aux grandes retrouvailles parce qu’il y a bien longtemps que les adeptes des religions endogènes de Kétou ont célébré dans un élan de solidarité et de fraternité la fête du 10 janvier. A en croire les témoignages recueillis çà et là, l’initiative de cette manifestation dont l’éclat a été rehaussé par la présence de plusieurs personnalités de Kétou et de la diaspora a été prise par Alamou Oliraïgbo, Président des cultes endogènes de Kétou. C’est lui qui a eu l’idée d’attirer l’attention du Maire Jean-Pierre Babatoundé sur la nécessité de célébrer l’édition 2019 de la fête des religions endogènes à Kétou avec faste. Il a été appuyé par le Iyalodé de Kétou. Touché par cette sollicitude, le Maire Jean-Pierre Babatoundé a porté le projet à l’attention du Président Antoine Kolawolé Idji et de M. Raymond Adékambi, DG de Agetip-Bénin. Ce sont ces deux personnalités et d’autres bonnes volontés anonymes qui ont mutualisé  leurs moyens pour apporter le soutien financier qu’il fallait à cette célébration riche en couleurs. Pour le moins qu’on puisse dire, la dynamique était vraiment unitaire tant au sein des responsables des religions endogènes que des filles et fils de Kétou qui ont fait hier le déplacement de la Place Ogingin. Les messages adressés à l’assistance ont été d’ailleurs assez expressifs tant dans le fond que dans la forme. Après le Président de l’association des cultes traditionnels, du Iyalodé, du Représentant de la Cour royale,  le Maire Jean-Pierre Babatoundé a appelé les uns et les autres à la tolérance et surtout à la cohabitation pacifique entre les différentes obédiences religieuses de Kétou. Il a par ailleurs souhaité que les religions endogènes soient débarrassées des pratiques immorales et avilissantes par lesquelles certains les stigmatisent. Pour ce qui le concerne, le DG/Agetip, Raymond Adékambi a mis en relief le volet culturel de ces religions endogènes et surtout leur contribution au développement économique de Kétou si on sait les mettre en valeur. Pour lui, tout doit en tout cas être mis en œuvre pour que la culture se conjugue toujours au naturel à Kétou.

 

Le discours le plus attendu était celui du Président Antoine Kolawolé Idji (AKI)

« Nous célébrons ce jour, jeudi 10 janvier, la fête des religions endogènes. C’est pour nous, au Bénin, une grande fête !

Je suis très heureux d’être à Kétou ce jour, avec les gardiens de nos cultures et de nos traditions. Nous savons tous que Kétou tient une place à part, lorsqu’on parle de cultures et de religions endogènes en Afrique et dans le monde ; parce que Kétou est la cité historique du fils aîné d’Odudua, et c’est à juste titre que le Alakétou, roi de Kétou, est respecté et vénéré par tous les yorubas en Afrique et dans le monde entier, au Bénin, au Nigéria, au Togo, à Cuba, au Brésil, au Vénézuela!!! », a dit le Président Idji pour qui, la fête des religions endogènes est une grande fête  car elle nous appelle à nous retrouver au fond de nous-mêmes et non au carnaval des autres. « Pourquoi devrions-nous, toutes les nuits,  dormir sur la natte des autres ?

On ne peut pas se lever d’un bon pied le matin,  lorsque toutes les nuits, on dort sur la natte des autres », a souligné le Président Idji.

« Dans le sens du gouvernement du Président Patrice TALON qui valorise efficacement le tourisme et nos cultures, le Bénin a besoin d’un grand musée à Kétou. Et nous nous battrons aux côtés du Président Patrice TALON pour l’obtenir !!! », a-t-il ajouté.

Pour finir ses propos, l’ancien Président de l’Assemblée Nationale du Bénin a salué le gouvernement et le Ministre Oswald HOMEKY pour les efforts qu’ils déploient pour la restauration d’Akaba Idéna. « Ce haut lieu de notre histoire sera réhabilité », a-t-il annoncé.

Bien avant cette réjouissance populaire ponctuée d’allocutions diverses, les prêtes Orisha ont fait au niveau de plusieurs couvents des libations et des sacrifices pour implorer les bénédictions des mânes de nos ancêtres sur Kétou, sur le Bénin, sur toutes les autorités, singulièrement le Chef de l’État Patrice Talon.

El-Hadj Affissou Anonrin

Check Also

talon ravip

Président Patrice Talon à propos des religions endogènes : « La culture Vodoun est l’une des plus belles richesses du patrimoine béninois »

Le Chef de l’Etat Patrice Talon est très attaché à la culture de son pays …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *