Home / Actualité / Festival Sica 2019 à Conakry : L’orchestre 10 volts du Bénin sacré meilleur

Festival Sica 2019 à Conakry : L’orchestre 10 volts du Bénin sacré meilleur

De leur retour du festival Sica qui a eu lieu à Conakry en Guinée du 22 au 27 avril 2019, les membres de l’Orchestre 10 volts ont rencontré la presse pour livrer leur point de vue sur le festival. C’était le vendredi 04 avril 2019 dans les locaux du ministère de la culture à Cotonou en présence du Directeur du fond des arts et de la culture (Dfac), Gilbert Déou Malè.

L’orchestre 10 volts du Bénin est revenu du festival avec le meilleur trophée. Mais à coté de cela, il traine des séquelles qu’il ne va plus jamais oublier. Aux dires du chef d’Orchestre Claver Décimus Fandohan, le nombre parti de Cotonou n’est plus revenu au complet. Le décorateur du groupe Grégoire Noudehou a passé de vie à trépas après un choc violent. Outre ce coup dur pour l’Orchestre, il a fallu l’appui du gouvernement du Bénin à l’orchestre avant qu’il ne retrouve sa terre natale après 5 jours passés dans les rues de Conakry, selon le rapport du chef d’orchestre Claver Fandohan. A l’en croire, ils se sont retrouvés au festival sans le minimum. Le concert du dimanche 28 avril sur lequel  les organisateurs comptent pour faire face aux dépenses des uns et des autres n’a pas eu lieu. Il aurait été saccagé par des individus ni foi ni loi. Tout ceci couplé avec le décès de Grégoire Noudehou, ont causé d’énormes dépenses et pertes sérieuses aux organisateurs qui, finalement se sont retrouvés dos aux murs et n’ont pas pu respecter leur engagement vis-à-vis des festivaliers. Ainsi la situation est devenue compliquée pour ceux-ci. Ne sachant plus à quel sein se vouer, l’orchestre a adressé une demande d’aide à la direction du fond des arts et de la culture pour rentrer au pays. C’est après avis favorable que les membres de l’orchestre ont pu retrouver les rues de Cotonou, le vendredi dernier pour rentrer dans leur famille respective. Après avoir remercié le Dfac pour sa promptitude, Claver Fandohan a déploré ce qui leur est arrivé et demande au ministère de veiller désormais à ce que les festivals des organisateurs béninois respectent le minimum avant leur validation. Car sur un festival organisé à l’étranger par un béninois, non seulement les participants n’ont pas eu gain de cause, d’autres peinent à rentrer chez eux défaut de moyens. Les festivaliers des pays comme la Côte-d’Ivoire, le Congo, le Burkina-Faso et bien d’autres sont encore à Conakry selon les interventions de Claver Fandohan. Prenant la parole, le Directeur du fond des arts et de la culture (Dfac), Gilbert Déou Malè, les a félicités pour leurs exploits avant d’inviter tout le reste du monde du showbiz béninois à plus de vigilance. Il a promis toujours jouer le rôle qui est le sien dans de situation pareille. Il invite les autres artistes à plus de travail de qualité car avec la culture on peut beaucoup faire, a-t-il conclu.

Ayelodjo Daniel Dassi (Coll)

Check Also

Assemblée nationale/8ème législature : L’Ong Alcrer invite les députés à se mettre au service exclusif du peuple béninois

La 8ème législature doit faire la différence pour montrer davantage de respecter les lois de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *