Home / Actualité / Fondation Zachari Djibril Sambaou : Déjà un an d’activités aux côtés des détenus mineurs et sans voix

Fondation Zachari Djibril Sambaou : Déjà un an d’activités aux côtés des détenus mineurs et sans voix

La Fondation Zachari Djibril Sambaou a célébré un an d’activités, hier, dimanche 19 novembre 2017 à son siège à Abomey-Calavi. Au cours de la célébration, la présidente, Lisette Houénou de Dravo a donné une conférence de presse par laquelle, elle a présenté les activités déjà réalisées et celles à venir au titre de l’année 2018.

19 novembre 2017. Cela fait quatre ans que l’avocat des opprimés et des sans voix, Me Zachari Djibril Sambaou n’est plus. Cela fait également un an que la fondation qui porte son nom et qui s’engage à perpétrer ses nobles actions a été créée. Les douze mois d’existence de cette fondation ont été célébrés, hier, suivant un calendrier alléchant. Dans la matinée, une prière musulmane a été dite à la mosquée centrale Satellite d’Abomey-calavi suivie d’une messe d’action de grâce qui a été dite au siège de la fondation Zachari Djibril Sambaou. Ces actions religieuses ont précédé la projection de deux films documentaires. Le premier film documentaire est revenu sur les actions louables de l’illustre qui serait bien casé à la droite du père céleste renforcées par des témoignages de ses paires et de quelques Béninois qui auraient bénéficié gratuitement de ses services. Le second a présenté en bref les 12 mois d’entraide et de soutien à l’éducation des détenus mineurs et sans voix des prisons du Bénin.

Bilan des activités

Bien étant fatiguée, la brave femme de feu Zacharie Sambaou a su tenir devant les professionnels des médias à travers une conférence de presse qui a connu une pluie de questions de curiosité. Parce qu’elle s’est lancée sur un terrain à risque que n’empruntent que ceux qui ont de cœur pour les opprimés. Pour Lisette Houenou de Dravo, la fondation a tenu une panoplie d’activités au cours de l’année 2017. Pour citer, elle a indiqué la création des classes scolaires pour des détenus mineurs. Pour ce, dans chaque prison, la fondation dispose de trois salles de classes pour les détenus mineurs. Ces classes évoluent selon le système groupé. C’est-à-dire les cours initial et préparatoire dans une même salle, les cours élémentaires 1 et 2 dans une classe et également ceux des cours moyens 1 et 2 dans une même salle. Selon sa présentation, la fondation a également ouvert une école de maternelle pour les enfants nés dans les prisons. Celle-ci est implantée uniquement dans la prison civile d’Abomey. Elle compte pour le moment 12 écoliers. Les détenus mineurs qui ont un niveau scolaire supérieur au cours primaire sont aussi pris en compte par la fondation. Ceux qui sont détenus à la prison civile de Cotonou suivent les cours d’informatique en Pao pour devenir de grands graphistes. Alors que cette même catégorie de détenus mineurs à la prison civile de Parakou suit des cours relatif à l’agronomie. Ils sont au total 81 enfants prisonniers à suivre les cours dans les écoles pénitentiaires de la fondation Zacharie Djibril Sambaou. Les détenues femmes ont également bénéficié des actions de la cette fondation. En collaboration avec le projet Paajrc, du Pnud et du ministère de famille, la fondation a apporté son appui psycho-social et assistance juridique aux femmes en détentions dans toutes les prisons civile du Bénin. Elle a participé sur fonds propre à l’organisation des séances de sensibilisation des femmes en détentions sur les méthodes de planning familial, les thématiques, causes et conséquences des violences faites aux femmes. Aussi, ont-elles été sensibilisées sur l’entreprenariat féminin en milieu carcéral, moral et l’éthique suivie de la collecte des données sur leurs détentions.

Les perspectives pour 2018…

La fondation Zachari Djibril Sambaou projette plusieurs activités pour l’année 2018. Aux dires de sa présidente, Lisette Houenou de Dravo, la fondation projette un atelier avec les juges des mineurs et les Ptf sur la thématique «Regard du juges des mineurs sur le quartier des mineurs des prisons du Bénin». Cet atelier sera assorti de recommandations et de plaidoyer pour la mise en place de trois centres de détentions des mineurs auprès des trois cours d’appel du Bénin notamment Cotonou, Abomey et Parakou. Elle organisera au cours de l’année 2018, un forum avec le clergé de la Conférence épiscopale du Bénin et d’autres acteurs du domaine de la transformation des produits agricoles et autres sur le thème ; « faisabilité et mécanisme des travaux d’intérêt général, des prisonniers condamnés et des prisonniers en détentions préventives ». Et ce, afin de resocialiser ces derniers pour une plus-value pour l’auto-alimentation et pour une meilleure réinsertion. La fondation projette aussi des ateliers avec les ministères sectoriels pour réfléchir sur les mesures d’accompagnement pour améliorer le projet « Education scolaire en milieu carcéral». Elle envisage également organiser un forum sur le thème « Danger de l’interdiction des visites sexuels des conjoints aux détenus des prisons du Bénin ». Ce forum sera assorti d’un plaidoyer pour une relecture et une actualisation du règlement intérieur de la gestion de la population carcérale qui date de 2015. Un séminaire sur la thématique « Prisonnier certes mais citoyens toujours » sera également organisé par la fondation Zachari Djibril Sambaou…

Cette célébration a été couronnée par une journée porte ouverte de la Fondation Djibril Sambaou.

Gilles Gnimadi

Check Also

Œuvres sociales dans la 12e circonscription électorale : Le réseau William Fangbédji gratifie les zémidjans de 3 millions

L’Ecole primaire publique(Epp) de Lalo-centre a servi de cadre, ce mercredi 18 juillet 2018, à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *