Home / Actualité / Formation du Rebap+ : Onusida pour la prise en compte du genre dans la riposte au VIH

Formation du Rebap+ : Onusida pour la prise en compte du genre dans la riposte au VIH

Les travaux de l’atelier de formation du Réseau béninois des personnes vivant avec le Vih/Sida (Rebap+) et des populations clés sur le genre et le Vih/Sida, se sont déroulés les 16 et 17 novembre 2017 à Terra Nostra de Ouidah. Le coup d’envoi de la rencontre a été donné par la Directrice pays de l’Onusida Mme Marie Margarete Molnar.

Dans le domaine du Vih, les discriminations et Violences basées sur le genre (Vbg) continuent d’être monnaie courante, d’après l’enquête index stigma réalisée en 2015 avec le soutien financier de l’Onusida et d’autres partenaires. Aussi la thématique du genre est assez mal connue et comprise des principaux acteurs de la société civile engagés dans la riposte au VIH. La présente formation du Réseau béninois des personnes vivant avec le Vih/Sida (Rebap+) et des populations clés sur le genre et le Vih/Sida. L’objectif général de cet atelier organisé par l’Onusida en partenariat avec le Pnud et le Rebap+, est de renforcer les connaissances des participants sur le genre afin qu’ils puissent mieux le prendre en compte dans la riposte du Vih/Sida. Au cours des travaux, les participants eu à acquérir la méthodologie de prise en compte du genre dans une politique stratégie programme et projet suivie d’exercice pratique. Ils se sont appropriés du contenu du cadre législatif et stratégique en matière de genre et Vgb au Bénin. Les travaux leurs ont permis d’avoir une idée claire des déterminants de la vulnérabilité des femmes et filles face au Vih/Sida. Aussi ont-ils eu à faire des travaux en groupe sur la prise en compte du genre dans la riposte au Vih. La Directrice pays de l’Onusida Mme Marie-Margarète Molnar dans son mot à l’entame des travaux, a rappelé à l’assistance que la nouvelle stratégie 2016-2021 de l’Onusida met plus que par le passé un point d’honneur sur les questions de genre. A ses dires, l’égalité des sexes est essentielle dans la riposte au VIH dans la mesure où cela adresse les questions des droits des femmes et filles et assure leur égale participation. Les principaux obstacles liés aux droits humains et au genre qui freinent l’accès aux services dédiés au VIH sont généralement : le rejet social et la discrimination, les pratiques politiques et les lois punitives, l’inégalité entre les sexes et les violences basées sur le genre. Le Bénin a connu quelques avancées sur la question du genre, a reconnu Mme Molnar qui a rappelé que le Bénin a adhéré aux recommandations de l’ensemble des conférences aussi bien celle des Nations Unies que celles continentales sur le genre. Il a également ratifié les Conventions qui en sont issues. Pour concrétiser cette adhésion, le Bénin s’est doté entre autres, de la Politique nationale de promotion de la femme (2001), la Politique de l’éducation et de la Formation des filles (2007), puis la Politique nationale de promotion du genre (2008). Le Bénin a récemment adopté en février 2017, son Plan de rattrapage d’urgent Vih 2017-2018 ainsi que sa feuille de route pour l’atteinte des cibles ambitieuses 90-90-90. Pour Mme Molnar, cette formation est une chance pour les participants. Raison pour laquelle, elle les a invités à une participation active au cours des travaux. Mais avant, elle a remercié le Pnud cosponsor d’Onusida dans cette activité. Le Président de Rebap+ Valentin Nassara ouvrant les travaux de la rencontre, a remercié l’Onusida et le Pnud pour avoir permis la tenue de ces assises qui vont trop aider les membres du réseau dans la meilleure prise en compte du genre dans leur intervention.

Victorin Fassinou

Check Also

Nouvelle adhésion à la Coalition Bénin en Route : Martine Bankolé et Ajeb dans la barque de soutien àTalon

Les réformes du président Talon et de son gouvernement continuent de séduire les Béninois épris …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *