Home / Actualité / Lois du jeûne du mois de Ramadan : L’imam Moutawakil Boukari Malik en rappelle à la Communauté islamique

Lois du jeûne du mois de Ramadan : L’imam Moutawakil Boukari Malik en rappelle à la Communauté islamique

Le père spirituel de la Mosquée Centrale Médine II d’Agori-Plateau d’Abomey-Calavi El-Hadj Moutawakil Boukari Malik et ses fidèles, le vendredi 10 mai 2019, ont sacrifié à la tradition des prières des vendredis, une exigence de la religion musulmane. Au cours de celle-ci, l’Imam Boukari a nourri spirituellement ses fidèles de la parole du Coran. Un message qui était axé sur « Les lois du jeûne du mois de Ramadan ».

« Mes frères de foi, le jeûne du mois de Ramadan béni est une adoration éminente », a expliqué l’Imam de la Mosquée Centrale Médine II d’Agori-Plateau d’Abomey-Calavi El-Hadj Moutawakil Boukari Malik. A l’entendre, Allah l’a spécifié par des mérites dont certains sont parvenus dans le hadith rapporté par An-Naça’iyy d’après le Messager d’Allah (SAW), qui a dit : « Il n’y a pas une bonne action que le fils de ‘Adam accomplisse sans qu’on ne lui inscrive pour cela 10 bonnes actions jusqu’à sept cent fois et Allah ta^ala dit : « Sauf le jeûne, il est accompli par recherche de Mon agrément et c’est Moi qui le récompense. Mon esclave délaisse ses désirs et sa nourriture pour Moi. » Le jeûne est une protection ; le jeûneur a deux joies : une joie lors de la rupture de son jeûne et une joie lors de sa rencontre avec son Seigneur. Et l’haleine qui émane de la bouche du jeûneur est meilleure selon le jugement d’Allah que l’odeur du musc. » Le jeûne du mois de Ramadan, d’après Moutawakil,  est une obligation confirmée par le texte du Qour’an, de la Sounnah et par l’Unanimité. Il est bien connu que son jugement d’obligation fait partie de la religion, ceci est connu aussi bien par les savants que par le commun des gens ignorants. Si quelqu’un en niait l’obligation, il ne serait plus musulman sauf s’il est récemment entré en Islam ou s’il a grandi dans une région éloignée des gens qui connaissent ce sujet et que par conséquent le jugement d’obligation du jeûne ne lui est pas parvenu. « Quant à celui qui n’a pas jeûné durant le Ramadan, sans excuse valable selon la Loi de l’Islam, tout en ayant pour croyance que le jeûne est un devoir, il ne devient pas mécréant. C’est un musulman désobéissant qui doit le rattrapage des jours qu’il a manqués ».  A ses dires, sont dispensés de l’obligation du jeûne de Ramadan, ceux qui ne supportent pas le jeûne en raison de leur âge avancé ou d’une maladie dont on n’espère pas la guérison. Il en est de même pour les femmes qui ont les menstrues ou les lochies, il ne leur est pas un devoir d’accomplir le jeûne dans son temps mais il leur est un devoir de rattraper les jours qu’elles ont manqués à cause des menstrues ou des lochies. Il est permis durant le Ramadan de ne pas jeûner si quelqu’un a l’excuse du voyage. Il est également permis de ne pas jeûner pour les malades, s’ils sont confrontés à une difficulté due au jeûne, une difficulté qu’ils ne peuvent pas supporter ; cependant ils doivent le rattraper.

 

Les obligations du jeûne

 

Saisissant l’occasion, l’Imam Moutawakil est revenu sur les obligations du jeûne qui sont au nombre de deux : l’intention et l’abstinence de tout ce qui annule le jeûne. « L’intention a lieu par le cœur, il n’est donc pas une condition de la formuler par la langue. Il est un devoir d’avoir cette intention pendant la nuit, c’est-à-dire de l’avoir présente dans son cœur pendant la nuit avant l’aube, tout en précisant dans cette intention qu’il s’agit d’un jeûne du mois de Ramadan. Par conséquent, si tu as eu la certitude que le soleil s’est couché et que tu as mis l’intention de jeûner le lendemain, cette intention est valable. Il n’y a pas d’effet sur l’intention si tu manges ou bois après l’avoir mise. Et c’est un devoir de l’avoir eue avant le lever de l’aube. Par ailleurs, il est un devoir dans l’école de l’Imam Ach-Chafi^iyy de mettre l’intention de jeûner la veille de chaque jour de jeûne, il ne suffit donc pas de mettre l’intention au début du mois de jeûner tout le mois » conseille l’Imam  qui rappelle que c’est  un devoir de s’abstenir de ce qui annule le jeûne, à savoir de la nourriture et des boissons, et de faire entrer tout ce qui a un volume, même si ce sont de petites particules comme la fumée de cigarette, dans la tête ou le ventre ou ce qui est du même ordre à partir d’un orifice ouvert comme la bouche, le nez ou les deux orifices inférieurs antérieurs et postérieurs.»   « Parmi les choses qui annulent le jeûne également, il y a le fait de provoquer son vomissement. Si quelqu’un se fait vomir, par exemple en introduisant son doigt dans sa bouche, il aura annulé son jeûne. Mais si l’on est gagné par le vomissement, de sorte qu’il a lieu sans qu’on l’ait fait exprès, et qu’on n’avale rien de ce que l’on a vomi, alors notre jeûne n’est pas annulé. Parmi les choses qui annulent le jeûne, il y a la folie même pendant un instant. Il y a également l’évanouissement si celui-ci s’étend toute la journée. Mais si l’évanouissement ne dure pas toute la journée, il n’annule pas le jeûne. Le sommeil quant à lui n’annule pas le jeûne même s’il dure toute la journée.  Par ailleurs, le jeûne est annulé par le rapport sexuel qui est fait délibérément, c’est-à-dire en se rappelant du jeûne. ».« Celui qui se moque d’Allah, même en plaisantant ou en étant en colère, n’est pas musulman. De même, celui qui assimile Allah à Ses créatures n’est pas musulman. Celui à qui est arrivé l’une de ces choses durant le Ramadan, son jeûne est annulé », a rappelé l’Imam qui a prié pour la Communauté islamique, le peuple béninois et son président le Chef de l’Etat.

Victorin Fassinou

Check Also

tossou et ca1

Retraite d’évaluation du contrat plan, Etat-Sbee : La gestion de Laurent Tossou enchante les membres du Ca

Au terme de la retraite d’évaluation du contrat plan, Etat-Sbee, les membres du Conseil d’administration …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *