Home / Circonflexe / Oeil de cerbère

Oeil de cerbère

Oeil de cerbère

mars 22, 2010

La fête des ingénieurs en eau
Hier, c’était la journée  mondiale de l’eau. La gestion de l’eau devient aujourd’hui une préoccupation nationale au même titre que l’électricité. C’est tout naturellement que nous pensons à notre excellent ami, Alao Bouraïma Dédé, qui a disparu de la circulation des ondes radiophoniques.  Par cette journée, nous espérons de précieuses contributions de la part de l’ingénieur des eaux de surface. Surtout que la fatalité de l’inondation s’annonce, on espère qu’Alao Bouraïma va nous séduire par la profondeur de ses propositions pratiques.

A chacun son kit de sondage
Les mécontentements par rapport à l’abrogation de la loi sur la Lépi n’émeuvent aucun politique au niveau du monde scolaire, encore moins certains politiques qui enfourchent leurs lunettes d’analystes pour dire que la situation est maîtrisable. C’est le cas par exemple de Bouraïma Alao. A chacun son  kit d’analyse. Toujours est-il que la météo annonce des pluies orageuses. Et comme nous sommes en Afrique, il est possible d’arrêter la pluie. Mais, peut-on arrêter indéfiniment la pluie ? C’est une question laissée aux spécialistes de l’eau du ciel.

Sarkozy a pu remanier
Boni Yayi paraît le seul président au monde qui ne peut pas remanier un gouvernement. La France que nous avons toujours copiée, nous renvoie les signaux forts de la gouvernance politique. Quand on revient d’une défaite électorale, on tire les leçons et on procède à des réajustements. Après les élections communales, il eut fallu nettoyer le gouvernement au Zentel. Aujourd’hui, les projets du gouvernement échouent à l’Assemblée Nationale, sans que le cabinet politique ne prenne la mesure des évènements. Peut-être que le Président est  » enchaîné  » par ceux qui ont intérêt à ne pas quitter le gouvernement.

Pourquoi on fait la politique ?
On fait la politique pour servir la communauté, pour contribuer à son épanouissement global. Quand on fait un regroupement pour parler de survie politique, cela devient un sursaut de lutte contre le chômage politique. Ce qui n’est pas dans  les règles normales de la politique béninoise de développement. Lorsque le mobile est alimentaire, tout bascule dans la violence.  La preuve en est que, se battre dans la rue devient un réflexe parlementaire. C’est tout, sauf de la politique.

Herbet Houngnibo

Check Also

vodoun1

Fête du 10 janvier : Yayi prépare une surprise aux vodouistes

Fête du 10 janvier : Yayi prépare une surprise aux vodouistes janvier 9, 2014 Le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *