Home / Circonflexe / Oeil de cerbère

Oeil de cerbère

Oeil de cerbère

avril 8, 2010

An 4  vu par Alao !
Le bilan des quatre années de gestion du pouvoir  de  Boni YAYI est globalement positif selon Alao Bouraïma, un membre du bureau politique de la Renaissance du Bénin. Il trouve toutefois que si le changement est sur orbite, il convient d’infléchir les méthodes car les habitudes ne se changent pas brutalement. Ce  qui est intéressant, c’est la loyauté qui caractérise cet acteur politique. Il est bien de savoir que son regard est constant sur le changement avec cette formule :  » là où le débat parlementaire opprime, la loi protège « . Une allusion à peine voilée à la décision de la cour constitutionnelle sur la Lépi.  Le Président devra aussi se rendre accessible à ceux qui pourraient bien l’éclairer.

Ça démarre !
La campagne pour la conquête de la Marina va être lancée avec la désignation du candidat unique de l’Union fait la Nation. Yayi Boni va se concentrer sur l’homme de Porto-Novo. Deux fronts vont s’ouvrir. Celui d’en haut avec Bio et celui d’en-bas  avec Adrien. Cette bataille avant la lettre est intéressante car elle permettra de peser dans la balance les trois officines politiques. C’est une guerre d’intelligence politique. Malheur au groupe politique qui va sommeiller en matière de la maîtrise de l’information. C’est Napoléon qui nous a enseigné que l’information, c’est le pouvoir. Kérékou en sait quelque chose.

Thomas et l’ami Blaise !
Blaise Compaoré en visite au Bénin a été reçu par son homologue, Thomas Boni Yayi. Il est bien  pertinent de demander si en fixant le Président de la République dans les yeux, Blaise ne songe pas à son ex-compagnon, Thomas Sankara. Et comme Boni Yayi  se prénomme aussi Thomas, les deux présidents demeureront amis jusqu’au moment où l’un d’entre eux ne tiendra pas parole et cherchera à éliminer son compagnon. Il faut toujours se méfier des amitiés entre un  » Blaise  » et un  » Thomas « . Historiquement, c’est Blaise qui trahit toujours Thomas.

Yayi doit être aussi investi !
La candidature de Boni Yayi devrait aussi faire l’objet d’un débat interne au sein de la majorité présidentielle. Ce n’est pas un mimétisme. Il s’agit de faire en sorte que sa candidature soit effectivement l’œuvre concertée de tous les courants politiques. Le risque est qu’il se pourrait que sa succession soit ouverte. Et les ambitions vont s’exprimer en désordre. Il vaut mieux éviter le débat pour ne pas tomber dans le piège de l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) de France. A l’UMPP, il ne s’agit pas de consensus. Le candidat est connu. Le plus dur, c’est la disponibilité des mamelles financières.

Herbert Houngnibo

Check Also

vodoun1

Fête du 10 janvier : Yayi prépare une surprise aux vodouistes

Fête du 10 janvier : Yayi prépare une surprise aux vodouistes janvier 9, 2014 Le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *