Home / Politiques / Parlement béninois : Marcellin Ahonoukou préside le groupe parlementaire Union progressiste

Parlement béninois : Marcellin Ahonoukou préside le groupe parlementaire Union progressiste

La 8è législature de l’Assemblée Nationale du Bénin compte depuis hier 21 mai 2019 deux (02) groupes parlementaires. Après le groupe Bloc républicain, le groupe Union progressiste a formalisé son existence par la lecture à la tribune de l’Assemblée Nationale, d’une déclaration de constitution. Ce groupe parlementaire qui se réclame de la majorité parlementaire a un secrétariat composé de 05 membres que préside l’honorable Marcellin Ahonoukou. Lire ci-dessous la déclaration de constitution de groupe fort de 47 députés.

El-Hadj Affissou  Anonrin

 

DECLARATION DE CONSTITUTION DE GROUPE PARLEMENTAIRE « UNION PROGRESSISTE »

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Mesdames et messieurs les membres du bureau de l’Assemblée Nationale,

Mesdames et messieurs les Députés à l’Assemblée Nationale,

Chers collègues,

S’il était permis de conter l’histoire de notre parlement, de situer les points de rupture et les moments de bonds qualitatifs, de 1959 à ce jour, certains verraient volontiers que 1991 a été le dernier carrefour important, où les forces politiques et notre peuple ont opéré une césure fondamentale d’avec notre passé. La prégnance de cette césure s’impose d’autant plus que le génie collectif béninois venait de renouer, tout au moins dans sa lettre, avec un système de démocratie pluraliste, après une longue période d’instabilité politique (1963-1972) et d’un ostensible règne de la pensée unique (1972-1990).

De 1991 à ce jour, nous nous sommes contentés d’un système de représentation du peuple qui progressivement, a renforcé la fracture entre l’élite politique et les populations, de sorte que la fonction de représentation s’est dévoyée. Les divisions et oppositions au sein de l’élite ont été célébrées ou sanctifiées comme des fractures au sein du peuple. Ainsi, le membre de l’élite d’ethnie Fon, nago, dendi, baatonu, adja, yoa, ditamari ou biali s’est imposé comme le représentant légitime des populations dont il partage à peine les ressentis psychiques et culturels et encore moins les conditions de vie. Nos populations sont devenues du bétail électoral à travers un système partisan débridé, dévoyé de ses objectifs, et transformé pour l’essentiel en fonds de commerce mercantile. Ainsi les partis uniques de région, d’ethnie, de commune ou même de village ont émergé et compromis l’essence et l’esprit du jeu démocratique, avec à leur tête de véritables despotes qui contraignaient leurs victimes et esclaves à « chanter des hymnes à la liberté » comme déjà remarqué en 1810, Mariano Moréno.

Après une analyse approfondie de la dynamique partisane depuis 1947 dans notre pays, et particulièrement conscient des dérives et des mystifications des rapports sociaux enregistrées depuis 1990, convaincus que la ligne de fracture fondamentale au sein de notre peuple n’est point celle opposant diverses factions de l’élite post-coloniale, diverses personnalités et forces politiques ont mis sur les fonts baptismaux le parti politique « Union progressiste ». Aussi l’Union Progressiste s’est-il voulu, un parti de transformation sociale orienté vers la justice sociale, la réduction des inégalités sociales et un développement durable.

La participation de l’Union progressiste aux élections législatives d’Avril 2019, apparaît comme une suite logique de la réforme du système partisan, conçue et mise en œuvre par ses membres fondateurs en accord avec diverses autres forces politiques du Bénin. Les résultats qui sont issus de ces élections confient une responsabilité historique à l’Union Progressiste, responsabilité qu’il entend assumer avec rigueur et discernement.

C’est pourquoi, lors de l’atelier d’évaluation des élections législatives tenu à Grand-Popo les 11 et 12 Mai 2019, les principaux dirigeants et députés issus du Parti Union Progressiste ont décidé de renforcer leur unité idéologique et positionnement politique au niveau de l’Assemblée Nationale, à travers la création d’un seul et unique groupe parlementaire dénommé, « Groupe Parlementaire Union Progressiste ». Mieux, ils ont convenu que les conditions historiques d’organisation des élections législatives d’Avril 2019 et les résultats qui en sont issus font de l’Union Progressiste la force politique majoritaire de l’Assemblée Nationale et lui dévoluent des responsabilités et des missions particulières auxquelles les députés UP ne sauraient se dérober.

C’est pourquoi le groupe parlementaire ‘’Union Progressiste’’ entend faire de la 8ème Législature, un modèle de rupture avec les travers et déviances observés depuis 1991. Il s’agit de poursuivre l’assainissement de notre espace politique national, à travers la modernisation du travail parlementaire et la réduction drastique des écarts entre les préoccupations de la représentation nationale avec les problèmes concrets des citoyens. Il nous incombe, en premier lieu, ensemble avec tous les autres collègues du Parlement, la responsabilité historique de conduire la rénovation complète de notre modèle de parlement et de député.

L’Assemblée Nationale doit cesser d’être une institution de plus, budgétivore à volonté, installée dans le confort douillet de son statut, loin des préoccupations de nos populations et orientée plus vers l’animation des polémiques autour des concepts de philosophie et de sciences politiques, que vers l’identification et la levée au plan législatif des goulots d’étranglements des efforts quotidiens de notre peuple vers plus d’épanouissement culturel, social, économique et politique.

Le groupe parlementaire ‘’Union Progressiste’’ entend poursuivre, approfondir et parachever la réforme du système partisan enclenchée par la loi n° 2018-23 du 17 septembre 2018 portant charte des partis politiques et le nouveau code électoral. Il nous incombe aussi la responsabilité d’écouter davantage notre Peuple, comme l’a recommandé le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, son Excellence Patrice Talon dans son message à la Nation en date du lundi 20 Mai 2019.

Notre Peuple, en effet, n’a pas toujours compris les motivations et le sens des réformes qui ont été engagées au niveau de l’Assemblée Nationale. Il nous faut davantage d’écoute et de pédagogie, pour autant qu’aucune réforme fondamentale, orientée vers l’avenir, ne saurait requérir une adhésion spontanée des principaux bénéficiaires sans une telle approche.

Nous nous engageons solennellement à prendre notre part du feu, afin qu’ensemble, avec toutes les forces politiques opposées à l’immobilisme conservateur, à la démagogie facile et inhibiteur de tout progrès durable, nous mettions notre Peuple véritablement debout. Les enfants du Bénin debout, peuvent et doivent faire du Bénin un pays de démocratie, de droits de l’homme, de cohésion sociale, bien gouverné et dont la prospérité économique est équitablement partagée par tous les citoyens en général, et principalement par les couches vulnérables et pauvres.

Le groupe parlementaire ‘’Union Progresiste’’ fort de sa majorité doit veiller à l’essentiel, loin des vaines polémiques de l’élite intellectuelle et économique de notre pays. Le groupe parlementaire UP doit se préoccuper du béninois lamda, le paysan sans terre d’Azohouè, ou aux terres lessivées de Zougoudo, de Badjoudè, le paysan à la situation extrêmement précaire de Gangban, de Tondikoaria, à l’artisan de Tchoumitchoumi, au jeune multidiplômé et chômeur ou sous employé de Cotonou, au Zemidjan ou à  l’handicapé réduit à l’indignité, à la femme surmenée et néanmoins chef de ménage, à tous ces concitoyens qui n’arrivent pas à dormir, hantés par l’interrogation de ce de quoi demain sera fait, par rapport aux besoins alimentaires, à leur santé et à la santé de leur progéniture,

Mesdames et Messieurs, 

Chers collègues, 

Nous sommes une majorité de 47 soldats au front, en première ligne dans le combat pour la démocratie, le progrès économique et la paix sociale. Nous sommes conscients de ce que seuls, nous ne pouvons pas gagner, et nous sommes désireux de nous associer aux autres forces présentes à l’hémicycle, à toutes les forces patriotiques de notre pays, pour faire avancer le Bénin!

C’est à cet effet, que nous avons décidé de créer le groupe parlementaire « Union Progressiste ».

 

Le groupe ‘’Union Progressiste’’ est dirigé par un bureau de cinq membre que sont :

Président : Marcellin AHONOUKOUN

1er vice-président : Edmond AGOUA

2ème Vice-Président : Sossou DAKPE

1er Rapporteur :

Check Also

heho

Assemblée Nationale : Hervé Hèhomey cède sa place à Lambert Agongbonon

Les démissions pour éviter les cumuls de fonctions se poursuivent à l’Assemblée Nationale du Bénin. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *