Home / Politiques / Poursuite de la révision de la Constitution : La mouvance parlementaire dans de beaux draps

Poursuite de la révision de la Constitution : La mouvance parlementaire dans de beaux draps

Les députés de la mouvance présidentielle ne désemplissent pas les plateaux et chaînes des organes de presse pour justifier le résultat de leur tentative de révision de la Constitution au Parlement. Comme pour se dédouaner d’un travail inachevé, tous parlent d’un pas jamais franchi et apostrophent le Chef de l’Etat pour engager la concrétisation de leur œuvre.

Pliera-t-il ou ne pliera-t-il pas ? Ainsi peut-on s’interroger sur l’attitude du Chef de l’Etat à engager le référendum pour poursuivre la démarche de la révision de la Constitution non conduite à terme par les députés. A entendre la plupart de ces parlementaires pourtant membres du Bloc de la Majorité présidentielle (Bmp) soutenant les actions du Chef de l’Etat, aucun d’eux n’est certain de ce dira le Chef de l’Etat par rapport à ce sujet. Mais la majorité présidentielle jette totalement son dévolu sur le Chef de l’Etat et lui martèle depuis la semaine écoulée qu’il lui revient d’engager l’action ultime pour la révision de la Constitution.

Cette démarche laisse entrevoir une difficulté de ces parlementaires à justifier la non conclusion de la modification de la Constitution par la voie parlementaire. Car, si tant est qu’il y avait une programmation par la mouvance présidentielle de l’éventualité de la non révision au Parlement, les discours actuels seraient tout autre. Sinon, comment ces députés peuvent-ils se résoudre à dire que le pas franchi est un niveau jamais atteint dans le processus de la révision ? Mais encore, c’est que tous disent qu’il revient désormais au Chef de l’Etat de prendre l’initiative du référendum pour que le peuple soit consulté. En temps normal, ces députés de la mouvance devraient déclarer sans ambages que le processus va se poursuivre par la décision du Chef de l’Etat. Mais aucun d’eux et à aucun moment n’a pu l’affirmer. Tous parlent de la décision qui revient au Chef de l’Etat. Et certains vont jusqu’à dire qu’il peut le faire ou ne pas le faire.  Toute déclaration qui montre à suffisance que l’éventualité de l’inachevé au Parlement semble n’avoir pas été précisée au Chef de l’Etat à l’entame du processus. Et pour se dédouaner, ces députés majoritaires parlent de trahison de la minorité parlementaire, qui n’a pas apporté sa caution aux modifications souhaitées. Mieux, l’un des barrons avait même laissé entendre à la veille de la tentative de révision que le Chef de l’Etat n’était pas d’avis pour cette portion congrue de révision engagée par sa mouvance.

 

L’inattendu pour le Président

 

La mouvance jette ainsi dans le camp du Chef de l’Etat une situation délicate à laquelle manifestement le Président ne se serait pas préparé. L’autre preuve est qu’aucun membre du gouvernement n’a encore haut et fort levé un coin de voile sur la possibilité pour le Chef de l’Etat d’engager le référendum pour modifier les quatre  éléments, objets de la modification qui n’a pas abouti au Parlement.  Il est d’ailleurs fort à parier que cette mouvance se trouve très mal à l’aise à aller présenter au Chef de l’Etat ce résultat. Surtout que certains croyaient dur comme fer et avaient même presque juré qu’ils feront passer cette modification au Parlement.

Les députés de la mouvance se trouvent désormais face à une création de dépense inattendue qu’ils offrent au Chef de l’Etat. Et face à toutes les interprétations actuelles sur la légalité ou non du référendum comme suite logique de ce qui s’est passé au Parlement, ce n’est pas évident que le Chef de l’Etat ne recherche des garanties avant toute décision qui amenuiserait les ressources qu’il s’efforce à mobiliser.

Peut-être que le Conseil des ministres de ce mercredi lèverait un coin de voile sur la suite. Mais pour l’instant, chacun attend la réaction officielle du gouvernement ou de son Chef, le Président de la République.

Junior Fatongninougbo

Check Also

3e étape de reddition de compte dans la 11ème circonscription électorale : L’He Gbénonchi et  ses mandants toujours avec Talon

Les populations de la commune de Klouékanmey  en phase avec le gouvernement de la Rupture. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *