Home / Actualité / Ramadan 2019 : Imam Djalil Youssouf  invite ses fidèles  à la culture de la paix 

Ramadan 2019 : Imam Djalil Youssouf  invite ses fidèles  à la culture de la paix 

Les fidèles de la mosquée d’Aïdjèdo de Cotonou ont célébré hier mardi 4 juin 2019 la fête de Ramadan.  A cette occasion, Imam Djalil Youssouf a invité ses fidèles musulmans à cultiver la paix et à  adopter de bons comportements. 

29 jours de jeûne et 29 jours de prières nocturnes. Voilà les temps forts qui ont marqué ce mois de Ramadan.  Durant ce mois, rappelle l’Imam de la mosquée d’Aïdjèdo Djalil Youssouf, il est recommandé que le musulman puisse observer certains comportements. Parmi ces comportements, dit-il, il y a le geste de se saluer entre frères pour dire que Dieu accepte notre adoration. Parmi ces comportements, il y en a qui précède la prière. Mais il y en a d’autres qui viennent après la célébration de cette prière. ‘’  Disons le à celui qui est à côté de nous et celui qui est notre voisin à la maison, dans notre quartier’’, a dit Djalil Youssouf lors au cours de leur prière hier.  C’est le moment informe-t-il à l’endroit de ses fidèles musulmans  de serrer le lien de parenté, de voisinage. C’est le moment martèle-t-il  de  réchauffer les relations qu’il y a entre eux musulmans et tout individu.  Le jeune du mois de Ramadan est terminé, fait savoir l’Imam de la mosquée d’Aïdjèdo. Et d’ajouter qu’il y a encore  les jeûnes du lundi et du jeudi. « Nous devons continuer à faire les trois jours blancs pendant chaque mois lunaire » a souhaité l’Imam Djalil Youssouf.  Pour El Hadj Moutiou Ola Oluwa, cette fête est un grand jour pour eux. Il y en a  dit-il qui ont commencé le jeûne et qui n’ont pas pu terminer. Ce n’est pas intelligent selon l’Imam Djalil Youssouf  d’adorer Dieu pendant un mois donné  et lui tourner dos pendant un autre mois.’’ Nous devons rester constants et fidèles à notre seigneur dans notre adoration et notre comportement’’, a dit Djalil Youssouf à l’endroit de ses fidèles musulmans.  Ces derniers ont appris beaucoup de choses pendant le mois de Ramadan.  Parmi tant d’autres la culture de la paix. L’Imam Djalil Youssouf a saisi l’occasion pour rappeler à ses fidèles musulmans la période sensible que le Bénin traverse actuellement. Chaque musulman, dit-il, doit apporter  sa contribution pour la pérennisation de la paix au Bénin. Plus jamais dans notre pays ni de casses, de tueries. Rien ne peut justifier  la tuerie de l’autre.  Nous n’avons pas le droit de tuer », a souhaité l’Imam Djalil Youssouf.  Le plus important pour ce dernier est de  rester unis et contribuer tous à la paix au Bénin. Lorsqu’on  parle de  paix selon Djalil Youssouf, il s’agit de bon comportement vis-à-vis de l’autre.

 

 

La communauté musulmane a sacrifié à la tradition

Les musulmans de la commune de Toviklin et des périphéries, ont, ce mardi 04 Juin 2019, célébré la fête de Ramadan à la place Idi de Houédogli. Fête placée sous le signe de l’amour et de la fraternité.

10h00. C’est l’heure à laquelle l’imam central de Houédogli, Chitou Chouaïb a démarré les hostilités avec les fidèles musulmans à la place Idi. Après les diverses prières, il a adressé un message plein d’amour et de fraternité a ces fidèles. Dans son message, il les convie à la joie, la fraternité et la paix et au respect strict des prescriptions divines durant la période de Ramadan. L’une de ces prescriptions consiste à trois jours du Ramadan à commencer par faire des aumônes et œuvres sociales pour partager la joie avec les voisins. L’imam central est revenu sur la genèse de cette fête. Pour lui, c’est ladite fête qui clôture les intenses séances de prière et de jeûne. C’est au cours du 9e mois du calendrier lunaire qu’Allah a choisi et prescrit aux adorateurs d’observer le jeûne pendant ce mois. C’est un mois de révélation, de la descente du livre saint (coran) durant la nuit des destins contenu dans ce mois où les adorations et offrandes pendant ce temps valent mieux qu’aux adorations de 1000 mois. C’est à ce juste titre qu’un fidèle ayant requis l’anonymat stipule que c’est un temps pour remercier Dieu pour le jeûne. Notons que dans deux mois et demi, aura lieu à la même place, la fête de la Tabaski.

 

 

 

Moutawakil  Boukari Malik appelle  à des pratiques saines et à l’unité nationale

Lors de son sermon de la fête de l’aïd el-fitre de l’année 2019, à la Place Idi d’Agori Plateau,  l’El-Hadj Boukari Malik Moutawakil, a invité toute la communauté musulmane à continuer dans de bonnes manières après la fête. Il invite tout de même la classe politique béninoise à la paix et à l’unité nationale.

La fête de Ramadan 2019 sous de bons hospices. C’est le vœu le plus cher de l’El-Hadj Boukari Malik Moutawakil aux fidèles musulmans. Au cours de cette fête, ils porteront leur réflexion sur le mois béni de Ramadan dont les nuits et les jours ont été chargés des actes de dévotion, de jeûne, de prière nocturne et de récitation du Saint Coran.A ses dires, en ce moment de fête et de joie, « vous allez jouir des choses licites et des moments heureux, mais il est nécessaire, pour beaucoup de personnes de rectifier des mauvaises conceptions sur leurs relations avec Allah le Très-Haut lors du mois de Ramadan et après Ramadan ». Pour cela on doit accompagner toujours les leçons de Ramadan et de son esprit qui appellent à la patience, à la compassion, à l’examen de conscience, à la lutte contre les maux de l’âme pour vaincre l’ennemi, et à l’attachement à la charité dans tous les domaines de la bienfaisance. Ces leçons permettront à coup sûr à la communauté de revenir sincèrement à une bonne compétition dans le domaine de la prière et de la droiture et ce conformément à la tradition du Prophète Mouhammad (SAW). Elles permettront également de quitter l’inattention pour passer au réveil, à la vigilance et à la cohésion sociale pour réactiver les valeurs et les idéaux dans les âmes. A l’en croire, on ne peut pas envisager un musulman qui passe Ramadan en dévotion et adoration puis il se jette par la suite dans le libertinage effronté après ce mois béni de Ramadan. El-Hadj Boukari Malik Moutawakil s’est souvenu des moments difficiles qu’a vécu le Bénin dans un passé récent dans sa prière. « Nous saisissons cette occasion pour exprimer notre compassion à tous ceux qui ont perdu un être cher et souffrent de cette situation. Que Dieu le Tout Miséricordieux leur accorde la paix éternelle », ainsi a-t-il prié. Pour lui la paix et la quiétude sont des denrées rares qu’il faut protéger et préserver à tout prix afin d’éviter sa rupture. Si pour les croyantes et croyants en Dieu l’Unique sans associé, la lutte contre le mal, la corruption et le blâmable est une obligation du premier ordre, l’action et/ ou le comportement pour la préservation de l’unité nationale, de la paix, du bien public et le respect de l’autorité à sa juste valeur, reste tout aussi un devoir de grande utilité. Il a invité le peuple Béninois en général et les acteurs politiques en particulier, à la culture de la paix, de la tolérance et du pardon car « sans la paix, sans la tolérance, sans la réconciliation, le développement n’est pas possible, étant entendu que les conflits d’intérêts engendrent la pauvreté ». Il a tout de même promis « Nous allons continuer en tant que dignitaire religieux à accompagner le pays dans cette période difficile qu’il traverse, notamment le sens de l’inclusion sociale et la réconciliation.En vue de la réconciliation nationale, il a exhorté les dirigeants à divers niveaux à prendre des mesures idoines destinées à renforcer la paix, l’unité nationale, à éliminer les germes de la haine et à se prémunir contre de nouvelles dérives. Ceci est un devoir dont ils ne doivent pas dérober. Il a, pour finir, imploré la Clémence de Dieu pour toute la communauté musulmane et toute la nation Béninoise. Il a prié Allah d’assister et d’éclairer nos dirigeants à divers niveaux afin que l’unité et la cohésion nationale soient renforcées, pour que la paix et la tranquillité règnent dans notre pays et que les pays qui vivent actuellement dans les troubles retrouvent la quiétude.

Check Also

tossou et ca1

Retraite d’évaluation du contrat plan, Etat-Sbee : La gestion de Laurent Tossou enchante les membres du Ca

Au terme de la retraite d’évaluation du contrat plan, Etat-Sbee, les membres du Conseil d’administration …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *