Home / Politiques / Réhabilitation du quartier Gbèwa dans la loi 2013-05 sur les unités administratives : L’Assemblée joue les prolongations

Réhabilitation du quartier Gbèwa dans la loi 2013-05 sur les unités administratives : L’Assemblée joue les prolongations

Tous les points inscrits hier 12 juin 2018 à l’ordre du jour de la séance plénière de l’Assemblée Nationale ont été vidés. L’un de ces points est relatif à la  Pétition des populations pour la Réhabilitation du quartier GBEWA dans la loi 2013-05 du 27 mai 2013. Sur ce point, la commission des lois présidée par le magistrat à la retraite Alexis Agbélés-séssi a planché. Elle a plaidé pour que justice soit rendue aux pétitionnaires du quartier Gbèwa lors de la présentation de son rapport qui a mis l’accent sur le travail de terrain qui a été fait pour constater l’erreur matérielle qui s’est glissée dans la loi 2013-05 du 27 mai 2013 portant unités administratives en République du Bénin. Certains députés comme Aké Natondé ont plaidé pour que justice soit rendue aux populations de ce quartier de Cotonou dont l’existence ne peut être niée. Mais hélas. Gbèwa n’est pas l’unique cas qui existe. C’est du moins ce qu’ont démontré les députés Garba Yaya, Edmond Zinsou, Idrissou Bako et autres qui ont estimé qu’il serait judicieux d’ajourner une fois encore le dossier pour se donner le temps de traiter globalement cette erreur matérielle qui frappe plusieurs localités du Bénin. L’intervention de l’honorable Orden Aladatin qui a fait part à la plénière que la commission des lois a été saisie d’un cas d’omission dans la commune de Matéri a fini par convaincre le Président Adrien Houngbédji. Le rapport présenté par la commission des lois n’a donc pas été adopté. La plénière a opté pour le temps de la réflexion pour pouvoir examiner une fois pour toute la situation. Conclusion, les populations de Gbèwa devront donc attendre encore un peu.

El-Hadj Affissou Anonrin

Check Also

Vaines polémiques autour des projets du gouvernement de la Rupture : Mieux vaut taire la guerre contre l’asphaltage

A défaut de reconnaître les bonnes actions de son adversaire, il vaut mieux se taire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *