Home / Actualité / Relance de l’enseignement et la formation techniques et professionnels : « L’établissement doit être géré comme une société », dixit Mahougnon Kakpo

Relance de l’enseignement et la formation techniques et professionnels : « L’établissement doit être géré comme une société », dixit Mahougnon Kakpo

Depuis son avènement en 2016, le gouvernement de la Rupture a mis en place un arsenal de réformes dans différents secteurs, dont le secteur éducatif. Dans l’émission ‘’Ma part de vérité’’ du dimanche 12 mai 2019, le Ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation  professionnelle, Professeur  Mahougnon Kakpo a levé un coin de voile sur les importantes réformes engagées sous son ministère-tutelle. Ce sont des réformes, selon ses propos, qui vont changer à coup sûr le visage du système éducatif béninois.

On pourrait affirmer que le système éducatif béninois retrouve ses lettres de noblesse. Les efforts qui se déploient au niveau de l’enseignement et la formation techniques et professionnels, en renseignent mieux. En effet, l’invité de ‘’Ma part de vérité’’, a précisé au début de son intervention qu’il y a  plusieurs documents qui orientent le système éducatif du Bénin, le tout coordonné par l’Odd.  Et lorsqu’on, a-t-il précisé, regarde dans ces documents, c’est dit que l’éducation de base est nécessaire ; elle est de la maternelle jusqu’en classe de 3ème. « Avec la réforme de collège qui est en cours actuellement, nous avions plusieurs options en étude. Les documents seront validés pour que dès la rentrée prochaine, cette réforme soit mise en œuvre. Nous avons formé le personnel administratif afin que chaque acteur sache dans quel périmètre d’actions il doit se situer », a souligné le Ministre Mahougnon Kakpo. A tout cela, s’ajoute la réalisation du guide scolaire et le référentiel de guide administratif avec une auto évaluation du personnel administratif. A en croire le Professeur, la gouvernance dans les établissements n’était pas ce qu’elle devrait être. C’est dire qu’on a une insuffisance d’enseignants qualifiés et ceux qui sont nommés pour la gestion des établissements le sont encore parmi ces derniers. Et il y a au total 889 établissements. « Donc il sera mis en place un corps chargé de former le personnel administratif. L’établissement doit être géré comme une société », a martelé le Ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation  professionnelle. Une autre réforme retient l’attention est celle liée à l’alphabétisation. Ainsi, au niveau de l’alphabétisation, le savoir pour le métier est donné directement dans la langue de l’apprenant, afin de lui permettre d’être en adéquation avec les termes de son milieu professionnel. Il  a été, en outre, expliqué que depuis l’indépendance, le statut du type d’école qu’on a eu au Bénin, est celui d’aller vers les diplômes et les grands diplômes. « Dans l’enseignement secondaire général, sur 100 élèves, seuls 03 sont orientés vers la formation technique et professionnelle. Nous ne pouvons pas aller au développement en maintenant cette donne. C’est pourquoi nous avions décidé d’opérer des réformes pour changer cette tendance », a fait savoir Mahougnon Kakpo. Selon lui, dans l’enseignement technique par exemple, les appareils qui leur servent d’apprentissage datent de 1953. Ils sont vétustes et on ne peut espérer un réel développement avec tout ceci. À cela, il faut ajouter comme  dans l’enseignement secondaire général, des infrastructures qui n’en valent pas la peine. Il y a un déphasage entre la formation et le besoin des entreprises. C’est ce qui a poussé le gouvernement à aller vers l’élaboration de la relance de l’enseignement et la formation techniques et professionnels. « Il faut l’implantation des infrastructures dans des zones indiquées avec du matériel nouveau et adapté aux enjeux du moment. L’objectif qui est d’inverser la tendance sera sans aucun doute atteint à la fin de l’exécution de ce vaste programme », a-t-il évoqué. Prenant le secteur des artisans plus spécifiquement, le gouvernement a mis fin au système de libération des apprentis qui en réalité est basé sur une escroquerie qui ne dit pas son nom. Ce qui a suscité la création du Certificat de Qualification au Métier. « C’est un diplôme signé par l’État. Les patrons qui n’ont pas eu la chance de passer ce diplôme mais qui ont les qualifications requises seront recensées et suivies pendant deux semaines au bout desquelles ils pourront bénéficier de ces diplômes signés. Ceci pour annihiler le complexe qui s’est créé entre eux et leurs apprentis », a dit l’invité de ‘’Ma part de vérité’’. De même, il existe aujourd’hui un plan de mise à niveau des centres d’artisanat et de métier. Les patrons et les apprentis vont bénéficier de recyclage.

Qu’en est-il pour les examens de fin d’année 2019 ?

Le Ministre Mahougnon Kakpo s’est penché sur les examens de fin d’année, notamment le Cap, le Bepc et le Bac 2019.  Il a souligné que les préparatifs vont bon train pour que ces examens aient lieu sans faille. « Par rapport aux examens de fin d’année, au mois d’avril nous avions déjà atteint 80 à 90% du taux d’exécution des programmes. Nous avions organisé les examens blancs. Le Cap sera lancé demain à Parakou. Le Bepc le 27 mai prochain avec une augmentation du nombre de candidat, viendra en juin l’organisation du Bac », a expliqué l’autorité ministérielle. Il a renchéri que depuis le début de la rentrée scolaire, tout a été mis en œuvre afin qu’on ait de bons résultats à la fin de ces examens. Des conseils sont également prodigués aux parents des potentiels candidats. « Je vais demander aux parents de bien prendre soin de leurs enfants candidats car nous sommes dans une période de pluie avec des risques de paludisme, de les aider dans la révision et d’être à leur écoute permanent », a-t-il conseillé. Il a, enfin, rassuré que les produits qui vont sortir désormais de l’école béninoise seront des produits finis, avec une compétence avérée.

Joseph-Martin Hounkpè

Check Also

Assemblée nationale/8ème législature : L’Ong Alcrer invite les députés à se mettre au service exclusif du peuple béninois

La 8ème législature doit faire la différence pour montrer davantage de respecter les lois de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *