Home / Actualité / Rencontre entre ERCA et CEDEAO : Pour une bonne circulation des échanges et des transactions commerciales

Rencontre entre ERCA et CEDEAO : Pour une bonne circulation des échanges et des transactions commerciales

Le 31 mai 2019, la ville de  Banjul, capitale de la Gambie, a abrité la cérémonie de lancement officiel des  activités de l’Autorité régionale de la concurrence (Erca) de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Le but de cet événement  est de donner en occurrence, une impulsion accrue à la santé, à la libre circulation des échanges et des transactions commerciales dans la région. (Lire le communiqué de presse de la Cedeao).

Communiqué de presse

L’AUTORITE REGIONALE DE LA CONCURRENCE DE LA CEDEAO POUR DONNER UN PLUS GRAND IMPETUS AU COMMERCE LIBRE ET EN SANTÉ

Les activités de l’Autorité régionale de la concurrence (ERCA) de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont été officiellement lancées le 31 mai 2019 à Banjul, en Gambie.

Dans la foulée de l’adoption du plan d’action ERCA 2019-2013 par des experts régionaux du commerce et de la concurrence, cet événement marquant donnera, entre autres, une impulsion accrue à la santé, à la libre circulation des échanges et des transactions commerciales dans la région.

La vice-présidente de la Commission de la CEDEAO, Mme Finda Koroma, présidente du Conseil, a remplacé Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la CEDEAO, et a déclaré qu’ERCA renforcerait les politiques économiques, industrielles, commerciales et d’investissement destinées à créer un environnement propice à la réalisation des objectifs suivants: l’union économique et monétaire ciblée pour la région.

Soulignant que le cadre régional de politique de la concurrence (RCPF) est un élément essentiel de l’architecture de développement commercial et économique de la CEDEAO, Mme Koroma a souligné que le fossé entre la formulation et la mise en œuvre des politiques a nécessité une stratégie de plaidoyer solide qui réengage les États membres et les milieux d’affaires de la CEDEAO ainsi que les partenaires régionaux et internationaux concernés.

Selon le vice-président de la Commission de la CEDEAO, «l’adhésion et le respect d’une loi et d’une politique de la concurrence dans notre région, comme dans d’autres pays, contribueront à maintenir un système de marché libre. Il offrira des conditions de concurrence équitables et équitables à tous les acteurs du marché et favorisera une allocation efficace des ressources, y compris la maximisation du bien-être des consommateurs »

Elle a identifié quatre comportements anticoncurrentiels majeurs sur lesquels la structure de la réglementation et de la concurrence régionales seront axées, en tant qu’accords et pratiques concertées en matière de limitation des échanges, de monopolisation, de fusions et acquisitions ainsi que de distorsions de concurrence «induites par l’État».

Tout en déclarant officiellement que les opérations d’ERCA battaient leur plein, au nom du gouvernement et des populations et de la Gambie, le ministre du Commerce, de l’Industrie, de l’Intégration régionale et de l’Emploi du pays hôte, M. Lamin Jobe, a déclaré que l’objectif était de donner à ERCA la fonctionnalité souhaitée. « Cela a été lent, mais nous en sommes maintenant à un moment propice où la coopération régionale, continentale et mondiale en matière de concurrence est devenue une sagesse conventionnelle »

Le ministre Jobe, se félicitant du soutien continu apporté aux activités d’ERCA, a indiqué qu’après la promulgation de la loi gambienne sur la concurrence en 2007 et la création de sa commission de la concurrence, ainsi que de la loi sur la protection du consommateur qui l’accompagne, la Commission gambienne de la concurrence et de la protection du consommateur (GCCPC) a enregistré un certain nombre de succès dans les domaines du plaidoyer en faveur de la concurrence, des études de marché, des enquêtes et de la sanction des opérations de marché erronées »

Le président du Conseil des ministres de la CEDEAO, M. Godfrey Onyeama, représenté par M. Joseph Oyi, a salué les progrès gigantesques accomplis dans la mise en œuvre de l’ERCA, qui, a-t-il déclaré, est censé servir l’intérêt général du peuple ouest-africain en matière de création d’emplois et de richesses, réduction de la pauvreté et amélioration de leur bien-être général. Il a rappelé l’engagement déclaré du gouvernement nigérian en faveur de la promotion d’un commerce sain, propice à la croissance et au développement économiques, grâce à la recherche incessante de programmes durables facilitant les transactions commerciales.

Dans son message de bonne volonté, le président de la Fédération de la Chambre de commerce et d’industrie d’Afrique de l’Ouest (FEWACCI), représenté par M. Aminou Akadiri, a déclaré qu’il était clairement nécessaire que le secteur privé participe aux travaux d’ERCA, donner confiance aux entreprises et contribuer à attirer davantage d’investissements directs étrangers dans la région grâce à des agences autonomes telles que ERCA, qui aident à surmonter les goulots d’étranglement bureaucratiques qui entravent le commerce.

Le chef de la délégation de l’Union européenne (UE) en Gambie, M. Attila Lajos, a exprimé le souhait d’une collaboration plus solide avec la CEDEAO, par le biais d’ERCA, afin de partager les meilleures pratiques entre autres.

Le plan d’action ERCA 2019-2013 adopté précédemment par les experts, après la présentation de leur rapport en 422 points, énonce certains objectifs stratégiques soigneusement élaborés pour favoriser des échanges commerciaux sains et compétitifs. Celles-ci s’articulent autour de la nécessité de garantir des cadres juridiques et politiques appropriés pour l’application et la mise en œuvre des règles de concurrence communautaires, ainsi que le renforcement des capacités des régulateurs et des parties prenantes en matière de concurrence et de protection des consommateurs.

Les partenaires de soutien dont les hauts fonctionnaires étaient présents lors de la réunion des experts et lors du lancement officiel d’ERCA et qui ont reçu la gratitude de la directrice exécutive par intérim de l’ERCA, Mme Henrietta Didigu, appartenaient au FEWACCI et au Groupe d’action intergouvernemental contre le blanchiment d’argent (GIABA) parmi d’autres.

Check Also

tossou et ca1

Retraite d’évaluation du contrat plan, Etat-Sbee : La gestion de Laurent Tossou enchante les membres du Ca

Au terme de la retraite d’évaluation du contrat plan, Etat-Sbee, les membres du Conseil d’administration …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *