Home / Sport & Loisirs / Taekwondo-Open International d’Abuja : Le Bénin en or et en argent

Taekwondo-Open International d’Abuja : Le Bénin en or et en argent

Clap de fin ! L’Open international G1 de Taekwondo d’Abuja organisé du 8 au 10 février 2019 a rendu son verdict. Le Bénin qui a participé à cette compétition d’envergure internationale avec deux athlètes seulement aux côtés des pays comme le Mali, le Niger, le Burkina-Faso, l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis d’Amérique, la Côte-d’Ivoire, le Nigéria, la Guadeloupe, la France, le Cameroun et le Ghana…s’en est sorti avec deux médailles (une en or et une en argent). Saddath Boni Biao dans la catégorie des moins de 58kg et de Romaric Kiki dans la catégorie des moins de 87 kg ont honoré vaillamment les couleurs nationales. Saddath Boni Biao (-58kg) pour décrocher sa médaille en or, a respectivement éliminé un Nigérien (17-14) et trois Nigérians (18-3 ; 32-15 ; 25-17 en finale). Quant à Romaric Kiki, il a fait un match nul (13-13) en demi-finale avant de gagner par mort subite son adversaire Nigérian. En finale, Romaric Kiki a été défait par un autre Nigérian (14-7).

Un retour à la hauteur du sacre

Les médaillés ont été accueillis dans l’après-midi du lundi 11 février 2019 à la frontière de Kraké par une horde de zémidjans venus de Tokpota Davo à Porto-Novo, un quartier du 5è arrondissement où s’entraine Saddath. Pour obtenir ces médailles, Saddath et son compère Romaric ont cravaché dur. D’abord, les conditions de voyage étaient éprouvantes. Ensuite le froid qu’il faisait à Abuja. N’eut été des personnes de bonne volonté (Karim Boni Biao, père de Saddath, Hyppolite Dohou, premier encadreur de Sadath, Sam Nouhoum, Haut fonctionnaire à la commission de la CEDEAO), on n’en serait pas là à parler de cet événement heureux. La Fédération béninoise de Taekwondo avait déjà déclaré forfait, faute de moyen pour faire voyager ces vaillants combattants. N’empêche ! Les mains secourables sont venues et les enfants ont gagné. Cette victoire saluée par beaucoup de gens fait gagner des points précieux aux deux mousquetaires du Taekwondo béninois. Elle leur permettra de se qualifier facilement aux prochains jeux olympiques, si la tendance est maintenue dans les tournois majeurs comme celui qu’ils viennent de gagner sans passer nécessairement par les compétitions éliminatoires. C’est dire donc que le Bénin à travers ces deux champions a sa chance à prendre pour les prochains JO de Tokyo. La balle est donc dans le camp de la Fédération béninoise de Taekwondo et du ministère en charge des sports pour apporter à ces deux talents le soutien qu’il faut. On ne doit plus entendre des discours du genre  » on n’a pas les moyens pour faire participer nos athlètes à des compétitions internationale  » car il faut fabriquer les champions avant de les célébrer.

Quelques impressions
Saddath Boni Biao, médaillé d’or des moins de 58 kg : « C’est de haute lutte que nous avons arraché cette médaille d’or dans la catégorie des moins de 58 kg. En dehors du stress de la participation et du voyage, il fallait surmonter la peur de perdre face aux autres athlètes de haut niveau qui ont pris part à cette compétition internationale. Grâce aux conseils avisés de mon coach, j’ai pu gérer tout çà pour enfin décrocher au bout de plusieurs étapes, la médaille d’or qui fait désormais de moi le champion de ma catégorie à cette compétition. Je suis très fier de moi et de mes parents qui ont contribué à ce succès de diverses manières. Çà fait vraiment plaisir d’honorer son pays. Et c’est ce que j’ai fait. Le drapeau béninois a flotté dans le ciel d’Abuja quand bien même les conditions de notre participation n’ont pas été ce qu’on aurait souhaité. Mon challenge, c’est d’aller au-delà de ce résultat, gagner plus de médailles pour le Bénin à chaque fois que je vais participer à des compétitions internationales de très haut niveau comme le Open Championship international G1 d’Abuja. Mon vœu le plus cher est de me faire une place parmi les grands champions du monde et les champions olympiques. Cette médaille d’or que je viens de gagner dans des conditions difficiles constitue pour moi le carburant qui va me motiver à aller loin. C’est le lieu pour moi de lancer un appel en direction des autorités en charge des sports dans notre pays pour qu’elles nous soutiennent vraiment et nous mettent dans des conditions optimales de préparation des compétitions de haut niveau. Pour finir, je dédie cette médaille d’or à la nation béninoise, à mes parents et aussi au Dodjo de Me Hyppolyte Dohou…»

Romaric Kiki, Champion du Bénin des poids lourds (-87Kg), médaillé d’argent : « Je tiens d’abord à saluer des personnes de l’ombre qui ont battu des pieds et des mains pour qu’on soit à cette grande messe du Taekwondo mondial. A cette compétition, il y avait des Américains, des Asiatiques, la Guadeloupe. A ce lot s’ajoutent de grandes nations africaines de Taekwondo comme la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Niger, le Mali, le Burkina Faso… C’était une compétition vraiment relevée. Mais on n’a pas tremblé. Malgré les conditions difficiles de participation, on a vaillamment défendu les couleurs nationales. C’était une chance pour nous de voir cette compétition se tenir à côté de nous au Nigeria. Les deux médailles (or et argent) que nous avons décrochées sont très précieuses pour la suite de notre parcours sportif car les disciplines au niveau olympique ont institué des quotas par rapport aux points. Quand vous allez à une compétition organisée sous l’égide de la Fédération internationale de Taekwondo et que vous remportez des médailles, vous gagnez de précieux points qui peuvent vous permettre de vous qualifier pour les JO sans passer par des phases éliminatoires. C’est le moment de demander à toutes les bonnes volontés de nous soutenir afin qu’on ne rate plus ces genres de compétitions majeures. Le ministère fait déjà ce qu’il peut. Nous l’exhortons à faire plus. Il faut aussi que des sponsors se manifestent pour nous accompagner à aller engranger le plus de point possible. Avec cette médaille d’or qu’il vient de gagner dans la catégorie des moins de 58 Kg, Saddath Boni Biao a engrangé 10 points. Moi avec ma médaille d’argent, j’ai 07 points. Quand vous en engrangez plusieurs, cela vous propulse et vous êtes directement qualifiés pour les JO sans passer par les préliminaires. Le Bénin par le biais du Taekwondo s’est déjà qualifié deux fois aux JO. C’est un exploit qu’aucune autre discipline sportive n’a encore réussi au Bénin. Le Taekwondo promet fort. C’est pourquoi je voudrais demander à la nation béninoise de nous soutenir. Je lance un appel citoyen au Chef de l’État pour qu’il nous accorde une attention paternelle. Nous pouvons beaucoup pour le Bénin. Notre engagement est entier pour ramener au Bénin une médaille olympique…»

Constantin Dohou, Entraîneur et accompagnateur : « La compétition à laquelle ont pris part ces deux athlètes qui ont fait honneur à la nation béninoise est un Open international classé G1 qui entre dans le cadre des préparatifs pour les qualifications aux JO de Tokyo 2020 et aussi pour les championnats du monde de 2019. Notre participation à cet Open n’a pas été facile. Mais grâce au mental de nos athlètes qui ne sont que deux seulement au moment où d’autres pays comme le Niger sont arrivés avec plus de 20 athlètes, nous avons pu décrocher le graal. C’est le lieu de remercier tous ceux qui nous ont soutenus, surtout Monsieur Sam Nouhoum qui est un compatriote en service à la Commission de la CEDEAO à Abuja. Sans ces personnes de bonne volonté, on n’allait pas pu participer à cette compétition, Ce qui a beaucoup compté pour le médaillé d’or que nous célébrons aujourd’hui, c’est le travail et l’engagement des uns et des autres. C’est un athlète que nous suivions depuis qu’il était tout petit. Lors de la compétition, le médaillé d’or a croisé le Niger qu’il a sorti au premier tour. Jusqu’en finale, ça n’a été que des athlètes Nigérians. Imaginez donc la pression ! Nous remercions vraiment tout le monde ».

Propos recueillis par El-Hadj Affissou Anonrin

Check Also

Ligue 3 de football du Bénin : Hold-up parfait de Eternel OM de Cotonou

A l’instar des championnats de Ligues 1 et 2 de football du Bénin, la Ligue …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *