Home / Sport & Loisirs / Trois questions à Bernard Houngnibo (Pdt d’honneur de la Fébéma) : « Il faut faire les Etats Généraux du Maracana »

Trois questions à Bernard Houngnibo (Pdt d’honneur de la Fébéma) : « Il faut faire les Etats Généraux du Maracana »

Le samedi 06 octobre dernier, la délégation béninoise ayant pris part à la 7e édition de la CAN, Abidjan 2018 était au domicile privé de M. Bernard Fernand Houngtnibo à Sékou dans la commune d’Allada. Au cours du déjeuner qu’il a offert à ses invités, le Président d’honneur de la Fédération béninoise de Maracana (Fébéma) s’est confié à la presse. Pour lui, le Maracana qu’il a découvert il n’y a pas très longtemps mérite qu’on lui apporte un soutien. Dans cet entretien que nous vous proposons, il a parlé de ses ambitions pour la discipline.

Vous venez de déjeuner avec les Ecureuils maracaniers du Bénin. Quels sentiments vous anime en ce moment précis ?

Effectivement j’ai reçu à déjeuner les maracaniers ayant représenté le Bénin à la dernière coupe d’Afrique des nations de Maracana. En ma qualité de président d’honneur de la Fédération béninoise de maracana, il était important que je le fasse en signe d’encouragement aux joueurs. Le Bénin a occupé la 3e place chez les seniors lors de cette compétition. ce n’est pas rien. Il n’est pas donné à tout le monde de le faire. Il y avait 12 nations en compétition, et nos représentants sont revenus avec la médaille de bronze. Pour moi, c’est une belle prestation. Nous entendons faire mieux. Et si tout va bien, nous allons ramener la médaille d’or de Conakry à l’occasion de la prochaine édition. Pourquoi pas la coupe du monde prévue pour 2020 au Canada.

 

Quels sont vos projets pour le Maracana béninois ?

Pour moi, ce qu’il y a à faire en urgence, ce sont les Etats Généraux du Maracana. Il va falloir revoir de fond en comble le fonctionnement autour de cette discipline afin de mettre le Bénin en bonne place dans le concert des nations de Maracana. Je suis décidé, voire engagé à apporter ma contribution. Ensemble, nous pouvons faire beaucoup de chose. Et je n’ai aucune appréhension par rapport à cela.

 

Une adresse à l’endroit des joueurs et des autorités béninoises

Pas grand-chose ! Ils ont été bons les maracaniers béninois. Je vais leur demander de travailler davantage pour être meilleure.  Mon constat personnel est que l’équipe est vieillissante. Ceux qui sont là actuellement doivent travailler pour une relève de qualité. Nous devons faire en sorte que ceux qui ne connaissent pas le maracana le découvre et y prennent goût. Nous invitons aussi les autorités béninoises à croire au sport qui n’a ni verbe, ni frontière, ni expressions particulières. Son langage est universel. Le développement doit aussi passer par le sport. Quand deux ou plusieurs personnes se retrouvent autour du sport, ils parleront également du développement. C’est ma conviction et je souhaite que nous nous mettions ensemble, dans la discipline, le travail bien fait et surtout le sérieux pour relever ce défi. Si toutes ces conditions sont réunies, il n’y a pas de raison que le Maracana ne prenne une dimension importante dans notre pays. J’y crois et nous allons y travailler la main dans la main

 

Pour la Presse du Jour, Pascal Hounkpatin

Check Also

Championnat national de Lutte : La Donga prend la première place

Ce week-end, la ville d’Abomey a accueilli la phase nationale du championnat de Lutte traditionnelle. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *