Home / Politiques / Vaines polémiques autour des projets du gouvernement de la Rupture : Mieux vaut taire la guerre contre l’asphaltage

Vaines polémiques autour des projets du gouvernement de la Rupture : Mieux vaut taire la guerre contre l’asphaltage

A défaut de reconnaître les bonnes actions de son adversaire, il vaut mieux se taire et ranger sa mauvaise foi. Ceci est important pour les ennemis du gouvernement de la Rupture qui attaquent sans raison, parce que manquant d’arguments contre le projet asphaltage. Un projet qui servira de radeau aux populations afin de les conduire au mieux-vivre.

« Le projet asphaltage ne verra jamais le jour », avaient soutenu bec et ongles les opposants au gouvernement de la Rupture. Ils étaient sûrs d’eux comme un voyant venu directement du Saint-Père. Mais à leur surprise, ce projet a pris corps et les entreprises commises à la tâche sont déjà à pied-d’œuvre pour le démarrage des travaux. Ceci ne leur a pas donné de leçon. Ces mêmes opposants sont revenus à la charge pour contester les coûts au kilomètre des travaux sans pénétrer les documents y relatifs. De ce fait, une mauvaise volonté de voir un Bénin développé et prospère se dessine de leurs réactions à travers des intoxications indignes de gens acquis aux idéaux du développement. Puisque le projet asphaltage est perçu comme l’arche de Noé pour des citoyens végétant autrefois dans des villes sales et toujours inondées. En effet, ledit projet est un assemblage de travaux de construction, d’aménagement et d’entretien pluriannuel de façade à façade de voiries urbaines. L’objectif du gouvernement, à travers ces travaux, est d’améliorer les conditions de circulation et de mobilité des populations, de faciliter leur accès aux équipements sociocommunautaires, aux services d’assainissement pluvial, de réduire les effets des inondations cycliques, de dynamiser l’économie locale et de renforcer l’attractivité des villes bénéficiaires. Ainsi, dans toutes ces villes, les infrastructures doivent disposer de mobiliers urbains (bancs, abris de bus, abri-poubelles, lampadaires, bornes lumineuses…), d’espaces verts, d’équipements piétonniers (refuges piétons ou carrefours, abaissement pour handicapés), avec à la clé un entretien pluriannuel de 5 ans renouvelable une fois.

Ces indicateurs montrent que le projet asphaltage n’est pas que la construction des routes. C’est également et surtout tous les accessoires et les commodités qui vont avec, pour faire des espaces aménagés, de véritables coins de vie agréable, pour le bonheur des populations. Les maquettes qui ont été diffusées dans ce cadre l’attestent si bien. Et les aménagements pilotes réalisés dans la ville de Cotonou donnent bien une idée de ce que seront les rues asphaltées en termes de travaux de viabilisation en plus du bitumage ou du pavage. Il est clair que l’asphaltage n’est pas un projet à attaquer puisqu’il est bien conçu et répond aux urgences de l’heure. Par conséquent, à travers ledit projet, le gouvernement mérite des encouragements plutôt que de vaines polémiques. Aux opposants, il serait mieux qu’ils se calment au lieu de se broyer les doigts du fait de voir la côte de popularité de Talon monter sans précédent et contre toute résistance.

 

Gilles G. Gnimadi

Check Also

Assemblée Nationale : Une 3è session extraordinaire se profile à l’horizon

Les députés de la 7è législature pourraient une fois encore marquer une pause dans le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *